Illustration (boggy / Freepik / ImmoPotam).

Rennes (35) : la mairie veut mettre en place l’encadrement des loyers

A Rennes (35), face à l’envolée des prix de l’immobilier sur le marché du locatif, Nathalie Appéré (PS) étudie la possibilité de proposer l’encadrement des loyers. Mais sa ville n’est pas en zone tendue.

Après Paris, Lille, Hellemmes, Lomme, Lyon, Villeurbanne, Montpellier, Bordeaux, de nombreuses communes de Seine-Saint-Denis et probablement Marseille, c’est au tour de Rennes (Ille-et-Vilaine) et de sa métropole de s’intéresser à la politique d’encadrement des loyers. Si l’Agence Départementale d’Information sur le Logement (ADIL) a recensé une hausse des loyers de 7,5% sur les appartements entre 2019 et 2021, Nathalie Appéré, la maire de Rennes (Parti Socialiste), a conscience de cette situation et entend construire une métropole accessible au plus grand nombre. Bien qu’elle ne se situe pas en zone tendue, puisque l’offre de logements couvre nettement toute la demande, la loi 3DS (Différenciation, Décentralisation, Déconcentration et Simplification) permet aux élus locaux de reprendre la main sur leur politique de l’habitat : il serait ainsi question de proposer un dispositif propre à la métropole rennaise avec des critères qu’elle aura elle-même définis.

En 2023, notre objectif est de continuer à construire une métropole pour toutes et pour tous. Cela passera par une lutte efficace contre le réchauffement climatique, contre les logements chers et contre les inégalités“, a annoncé Nathalie Appéré, la maire de Rennes (PS) et la présidente de la métropole, sur son compte Twitter. Avec l’exode urbain survenu ces derniers mois, de nombreux Franciliens ont fait le choix de s’exiler en province tout en restant à proximité de la capitale et ont contribué à cette envolée des prix. Depuis le 1er avril 2022, les annonces immobilières rédigées par les professionnels doivent indiquer le loyer plafonné dans les villes concernées par cette politique d’encadrement.

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Emma Petit-Berthelot

Contributrice pour ImmoPotam.com. Sujets de prédilection : emploi, Ile-de-France, ancien / récent, loi Carrez, prêt classique... Tous ses articles