Illustration (Rigby40 / Pixabay / ImmoPotam).

Annonces immobilières : l’encadrement des loyers devra être indiqué

Les professionnels de l’immobilier (agences immobilières, gestionnaires, administrateurs…) auront l’obligation, au 1er avril 2022, d’indiquer le loyer plafonné dans les annonces des biens qu’ils mettent en location.

Mentionner l’encadrement des loyers sur les annonces immobilières était un sujet dans le viseur du ministère du Logement depuis plusieurs semaines déjà. Désormais, les professionnels de l’immobilier auront l’obligation, à partir du 1er avril prochain, de mentionner sur leurs annonces les loyers maximum autorisés dans les communes où s’appliquent ce dispositif. Pour le moment, l’encadrement des loyers concerne Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, Hellemmes, L’Ile-Saint-Denis, La Courneuve, Lille, Lomme, Paris, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Saint-Ouen, Stains et Villetaneuse, en attendant d’être bientôt rejointes par les agglomérations de Bordeaux, Lyon et Montpellier. Avec la loi 3DS (Différenciation, Décentralisation, Déconcentration et Simplification), les élus locaux ont la possibilité de contrôler et sanctionner les annonces qui ne seraient pas en conformité avec la politique d’encadrement des loyers. Dans une étude révélée par la Fondation Abbé Pierre, il apparaissait que 35% des logements parisiens proposés à la location dépassaient les plafonds prévus par la loi portant sur l’Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (loi ELAN) : cette nouvelle obligation doit donc permettre d’alerter les locataires sur la situation du marché.

Le présent arrêté vise à modifier les obligations relatives à l’affichage des barèmes de prix des professionnels de l’immobilier et à enrichir le contenu des annonces de location, publiées par les professionnels, pour les biens immobiliers situés dans les zones soumises à l’encadrement des loyers, avec la mention du montant du loyer de base et du montant du loyer de référence majoré, afin d’en faciliter le contrôle“, peut-on lire dans l’arrêté publié au Journal Officiel ce vendredi. Le ministère du Logement prévoit d’étendre également cette obligation aux particuliers à une date qui n’est pas encore définie.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.