Illustration (Rog01 / Flickr).

Taxe foncière : encore une hausse en 2022 ?

Avec l’inflation enregistrée ces derniers mois, le taux appliqué servant à calculer la taxe foncière va grimper de 3,4% en 2022. Mais derrière cette hausse de la fiscalité, les propriétaires vont ressentir une autre pression fiscale.

En octobre dernier, l’Union Nationale de la Propriété Immobilière (UNPI) pointait déjà du doigt la hausse de la taxe foncière : entre 2010 et 2020, elle avait bondi de 27,9% alors que les loyers avaient grimpé de 9,7% sur la même période (contre 8,9% pour l’inflation). Mais les mauvaises nouvelles pour cette France de propriétaires ne va pas s’arrêter : si les valeurs cadastrales sont ajustées en fonction de l’évolution sur un an de l’indice des prix à la consommation harmonisé, il est acquis que les valeurs locatives allaient progresser de 3,4% en 2022 et que la taxe foncière allait suivre cette évolution conformément au Code Général des Impôts. Malgré cette hausse quasi systématique, les collectivités gardent la main et ont toujours la possibilité de diminuer les taux appliqués en mettant en place des abattements et des exonérations. Or, pour Le Parisien, cette politique baissière est loin d’être d’actualité pour de nombreuses communes où les élus prévoient de procéder à quelques réajustements comptables pour remédier à la mauvaise gestion de la précédente équipe municipale, moduler leurs charges face à l’inflation ou procéder des investissements pour la transition énergétique.

Cela représente une hausse de 65 euros par an pour les particuliers en moyenne. C’est une contribution marginale puisque nous avons estimé que les contribuables allaient bénéficier de 600 euros d’équivalents de services publics supplémentaires à l’année“, relativise Pia Imbs, présidente de l’Eurométropole de Strasbourg (où le taux de prélèvement va passer de 1,15% à 4,6%), au Parisien. Toujours selon l’UNPI, alors que 58% des ménages sont propriétaires en France, nombre d’entre eux (67%) n’excluent pas de déménager si la fiscalité locale continuait à s’envoler

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.