Illustration (apnear40 / Pixabay / ImmoPotam).

Iles bretonnes : un marché pour ultras riches ?

Que ce soit dans le Morbihan (Houat, Hœdic, Ile-aux-Moines, Belle-Ile-en-Mer, Ile-d’Arz et Groix), dans le Finistère (Sein, Molène, Ouessant et l’île de Batz) ou dans les Côtes-d’Armor (Bréhat) : vivre à l’année sur une île bretonne est inaccessible pour la population locale. Et avec la très forte inflation, ce n’est pas prêt de changer…

En Bretagne, un vent de détresse souffle sur ses onze îles habitées. Face à la très forte hausse des prix constatée ces dernières années (plus de 60% en cinq ans), et avec un phénomène encore plus renforcé après les vagues successives de confinements, il est désormais acquis que, pour un Breton, vivre à l’année sur une île bretonne est un rêve quasi-inaccessible, au point de devenir un lieu de villégiature pour Parisiens fortunés. En 2020, le conseil régional des notaires avait déjà remarqué ce constat puisque six communes insulaires (Ile-aux-Moines, Bangor, Locmaria, Le Palais, Ile-d’Arz et Groix) figuraient parmi les cinquante villes les plus chères de la région, où les niveaux des prix n’étaient plus en adéquation avec les salaires proposés localement.

Il y a eu un vent de folie, une flambée des prix effarante entre les deux confinements, en trois à quatre mois“, admet Josiane Maussion, agent immobilier basée à Groix, dans les colonnes de Ouest-France. Pour remédier à cette situation, Nil Caouissin, professeur d’Histoire-Géographie et militant à l’Union Démocratique Bretonne (UDB), souhaiterait mettre en place un passeport donnant un droit au logement en Bretagne : pour pouvoir acheter dans la région, il faudrait y habiter un an en tant que locataire.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.