Illustration (Sora Shimazaki / Pexels / ImmoPotam).

Bretagne : licencié pour vivre trop loin de son lieu de travail

En 2019, un salarié a été licencié pour avoir déménagé trop loin de son lieu de travail sans l’accord de sa direction. Bien qu’il n’était jamais en retard et qu’il prenait la totalité des frais de déplacements à sa charge, la justice a préféré donner raison à son employeur.

Bien avant le phénomène d’exode urbain, un habitant de Carrières-sur-Seine (Yvelines) a fait le choix, libre et volontaire, de quitter l’Ile-de-France en 2018 pour s’installer en Bretagne sans en informer son supérieur hiérarchique. Mis sur le fait accompli, l’employeur, prévenu a posteriori, a alors demandé à son collaborateur de rétablir son domicile dans la région du siège social de l’entreprise. Avec une distance de 442 kilomètres, l’entreprise a estimé que le temps de trajets entre le domicile et le lieu de travail (3h30 en train ou 4h30 en voiture) ne permettait pas de veiller au repos quotidien de son salarié, nuisant à l’équilibre entre sa vie familiale et sa vie professionnelle et a alors fait le choix de s’en séparer. De son côté, l’employé a préféré porter plainte en s’appuyant sur la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme (CESDH) qui protège le libre choix du domicile personnel et familial au titre du droit au respect du domicile.

En se basant sur l’article L.4121-1 du Code du travail, selon lequel l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés, le conseil des Prud’hommes et la cour d’appel de Versailles ont validé ce licenciement.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.