Illustration (Jacques Paquier / Flickr).

Gouvernement Borne : le Logement privé de ministère

Beaucoup d’acteurs du monde de l’immobilier sont choqués qu’il n’y ait personne au sein du gouvernement d’Elisabeth Borne pour incarner le logement en France. Cette chaise vacante n’est pourtant pas une première avec Emmanuel Macron.

Alors que le gouvernement de Jean Castex a laissé place à celui d’Elisabeth Borne, de nombreux professionnels de l’immobilier s’étonnent qu’il n’y ait pas de ministère du Logement dans cette nouvelle organisation. Si Emmanuelle Wargon a défendu son bilan au moment de quitter ses fonctions, elle qui n’occupait qu’un poste de ministre déléguée, la question du logement en France pourrait être traitée conjointement par Amélie De Montchalin (ministre de la Transition Ecologique et la Cohésion des Territoires) et Agnès Pannier-Runacher (ministre de la Transition Energétique). Pourtant, Emmanuel Macron avait fait de la rénovation énergétique l’une de ses thématiques fortes, avec pour objectif de rénover 700.000 logements par an. Cette absence d’interlocuteur dédié interpelle car l’INSEE avait noté que les ménages consacraient en moyenne 19,7% de leurs revenus à leur logement en 2017.

Après un bilan très mitigé lors du précédent quinquennat, aucun ministre du Logement dans le nouveau gouvernement. La Fondation exprime son incompréhension alors que le logement représente le premier poste de dépense des ménages et concerne tout le monde et tous les territoires ! 4 millions de personnes mal-logées, dont 300.000 personnes sans domicile, et 12 millions de personnes fragilisées par rapport au logement… Mais pas de ministre du Logement…“, a pesté Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, sur son compte Twitter. L’absence d’un véritable ministre en charge du Logement n’est finalement pas une grande surprise puisque le programme d’Emmanuel Macron durant la présidentielle 2022 était parmi les moins exhaustifs sur ce sujet

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.