Illustration (wanze3 / Pixabay / ImmoPotam).

Corse : bientôt la fin de la spéculation immobilière ?

A titre expérimental, la collectivité de Corse bénéficiera d’un droit de préemption permettant la régulation des résidences secondaires à fortes valeurs. Cette proposition de loi était présentée par Jean-Félix Acquaviva et soutenue par les deux autres députés nationalistes (Michel Castellani et Paul-André Colombani) malgré l’opposition du gouvernement.

Cette semaine, Jean-Félix Acquaviva, le député de Haute-Corse (Libertés & Territoires), a défendu devant l’Assemblée Nationale une proposition de loi visant à réguler la spéculation immobilière sur l’Ile-de-Beauté. Adoptée en première lecture, cette loi, qui doit d’abord être expérimentée pour cinq ans, permettra à la collectivité de Corse de bénéficier d’un droit de préemption renforcé sur les transactions immobilières en justifiant d’un intérêt général. Tout cela serait alors financé par une taxe anti spéculative portant sur des résidences secondaires dont la vente se ferait au-delà d’un seuil à déterminer. L’idée étant de ne pas toucher aux biens patrimoniaux ou familiaux, ni de dénaturer les villages corses avec un trop grand nombre de locations saisonnières. Le gouvernement s’était montré défavorable à cette proposition de loi, redoutant une rupture d’égalité devant l’impôt et remarquant que d’autres régions sont aussi touchées par ce type de situation le long du littoral. Celle-ci doit maintenant être examinée par le Sénat avant une validation définitive.

Le taux de résidences secondaires en Corse, qui avoisine les 30%, est trois fois supérieur à la moyenne française. Certaines villas, proches du littoral, peuvent se vendre jusqu’à 30.000€ du mètre-carré et se louent facilement 10.000 ou 20.000€ la semaine, parfois bien plus en haute saison. Quand on sait que le revenu médian en Corse approche les 20.000€ annuels, on mesure l’indécence de telles transactions (18% inférieures à la moyenne nationale) qui aggrave les inégalités au sein de la société insulaire“, a pesté Jean-Félix Acquaviva, député de Haute-Corse (Libertés & Territoires), devant ses homologues de l’Assemblée Nationale vendredi. Récemment, Nil Caouissin, militant à l’Union Démocratique Bretonne (UDB), était confronté à la même problématique de spéculation immobilière sur un trop grand nombre de résidences secondaires en Bretagne et souhaitait mettre en place un statut de résident breton pour pouvoir acheter un bien dans cette région.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.