Illustration (edmondlafoto / Pixabay / ImmoPotam).

Les Sables-d’Olonne (85) : des locations saisonnières sous quotas ?

Aux Sables-d’Olonne (Vendée), les logements à louer toute l’année se font discrets. Pour y remédier, la municipalité souhaite réglementer les locations touristiques quartier par quartier en y imposant des quotas.

Très prisées pour leur cadre de vie idéal au bord de l’océan Atlantique, Les Sables-d’Olonne (Vendée) se retrouvent victimes de leur succès sur le marché de l’immobilier. Si, selon l’INSEE en 2018, la commune recensait 23.305 résidences principales (58%), elle comptabilisait aussi 15.690 résidences secondaires et logements occasionnels (39%) et 1.288 logements vacants (3%). Or, il apparaît aussi que parmi les 2.773 résidences déclarant la taxe de séjour, 2.252 sont des résidences secondaires. Pour Yannick Moreau (DVD) et ses adjoints, il est tant d’imposer un plafond de locations saisonnières par quartier pour faire en sorte que celles-ci ne soient pas plus nombreuses que ce qui est le cas actuellement. Les propriétaires de locations touristiques ont jusqu’au 1er septembre pour se déclarer en mairie : en cas d’absence de déclaration, ils risquent une amende de 50.000€ (ou 80.000€ pour une fausse déclaration ou une récidive).

Entre janvier 2018 et janvier 2022, le nombre de locations de courtes durées déclarées a augmenté de 141%“, précise Yannick Moreau, le maire des Sables-d’Olonne, à Ouest-France. Déjà en septembre dernier, il avait fait voter une taxe pour inciter les propriétaires de logements vacants à les louer toute l’année. Récemment, la Communauté d’Agglomération du Pays Basque (CAPB) a elle aussi fait part de sa volonté à réglementer les locations saisonnières pour favoriser les résidents permanents.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.