Illustration (Emmanuel38 / Pixabay / ImmoPotam).

Sables-d’Olonne : résidences secondaires & logements vacants surtaxés

La mairie des Sables-d’Olonne (85) va durcir ses conditions fiscales pour que les résidences secondaires et les logements vacants soient loués à l’année. Un peu moins de 60% du parc immobilier des Sables-d’Olonne sont des résidences principales.

En 2018 aux Sables d’Olonne, l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) recensait 15.690 résidences secondaires et logements occasionnels (38,9%) et 1.288 logements vacants (3,2%). Pour remédier à ces chiffres élevés, puisqu’il n’y aurait même pas 60% de logements occupés en permanence, Yannick Moreau, le maire des Sables-d’Olonne, a fait voter la semaine dernière un plan afin de revitaliser sa commune toute l’année avec l’espoir de permette à ses habitants de retrouver un accès au logement face à une raréfaction de l’offre. Dès 2023, il s’agira de prélever une taxe d’habitation commune aux résidences secondaires et aux logements vacants à un taux d’imposition de 14,38%. Pour inciter les propriétaires de ces logements à les louer à l’année, la mairie a prévu une aide financière de 5.000€ s’ils remettent leurs biens sur le marché du locatif pour au moins trois ans.

Le tout est de retrouver un équilibre entre le nombre de logements secondaires et celui de logements à l’année. Le problème aux Sables-d’Olonne ce sont les logements vacants (3.000), improductifs pour la station balnéaire ou pour la vie à l’année. Nous créerons une taxe sur les logements vacants pour que les propriétaires les remettent dans le circuit des locations. Le problème aux Sables-d’Olonne c’est la multiplication des locations touristiques qui dévitalise le centre-ville et réduit le nombre de locations à l’année. La ville doit agir pour retrouver un équilibre entre vie touristique et vie à l’année“, a constaté Yannick Moreau, le maire DVD des Sables-d’Olonne, sur son compte Twitter mercredi dernier. Si la situation n’évolue pas aux Sables-d’Olonne, il n’est pas exclu, en concertation avec le ministère du Logement, que la ville soit classée en zone tendue, ce qui permettrait à la mairie d’appuyer sur la taxe foncière des résidences secondaires comme cela est déjà le cas dans les grandes agglomérations…

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.