Illustration (Sayf / Flickr).

Eric Zemmour souhaite supprimer les quotas pour les HLM

Eric Zemmour veut supprimer la loi sur les quotas de HLM (Habitation à Loyer Modéré) qui impose aux maires un nombre minimum de logements sociaux sur leurs territoires.

Invité jeudi matin sur Europe 1, Eric Zemmour a annoncé vouloir mettre un terme à la loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains (loi SRU). Pour l’ancien journaliste, il ne fait aucun doute que les problèmes d’immigration sont liés à la politique du logement en France. Il souhaite ainsi supprimer les quotas sur les logements sociaux qui sont imposés dans chaque commune (20-25% en fonction du nombre d’habitants et de la configuration territoriale) car la mixité sociale en HLM n’existe pas. D’ailleurs, dans son étude sur le logement en France (2017), l’INSEE remarquait en 2013 que 34% des locataires du secteur social étaient des ménages issus de l’immigration.

Dans le moindre village aujourd’hui, on a des problèmes d’immigration excessive. Avec ce système de la loi SRU (vous savez, qui oblige toutes les villes à faire du logement social à 25% de tous leurs logements), on essaime l’immigration et tous les problèmes de l’immigration. C’est pour cela que, moi, je propose la suppression de la loi SRU“, a annoncé Eric Zemmour, candidat à la prochaine élection présidentielle (Reconquête !), à l’antenne d’Europe 1 face à Sonia Mabrouk. En décembre dernier, les députés ont voté la pérennisation du dispositif au-delà de 2025 et la France ambitionne de construire 150.000 logements sociaux en 2022.

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.