Illustration (saiko3p / Freepik / ImmoPotam).

Logement : un volume de ventes en baisse de 6,05%

Le marché de l’immobilier connaît de grandes difficultés en 2022. Pour le Conseil Supérieur du Notariat, il manque 73.000 lots vendus pour être sur les temps de passage de 2021.

Pour le Conseil Supérieur du Notariat, il ne fait aucun doute que le marché de l’immobilier connaît un net ralentissement en France (y compris dans les départements d’outre-mer hors Mayotte). A fin septembre 2022, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois est estimé à 1.133.000 contre 1.206.000 à fin septembre 2021. Cela représente un volume de ventes diminué de 73.000 logements (soit -6,05%).

Le volume annuel de transactions est orienté à la baisse depuis le quatrième trimestre 2021, après la hausse survenue entre fin 2020 et le troisième trimestre 2021“, précise le Conseil Supérieur du Notariat dans un communiqué de presse. Ces chiffres ne font que confirmer le ressenti des notaires ces dernières semaines puisque 54% d’entre eux prédisent désormais une baisse des prix des logements dans les mois à venir.

banniere-courtier-cafpi-credit-immobilier-banque-financement-taux-interet-usure-emprunt-credit-remboursement-1-300x250px

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.