Ilustration (Ben_Kerckx / Pixabay / ImmoPotam).

La Wallonie va lutter contre les logements vacants

Si beaucoup de ménages wallons ont du mal à se loger, la volonté du gouvernement est de remettre les logements inoccupés sur le marché en prenant différents critères pour les cibler et les utiliser.

A l’initiative de Christophe Collignon, actuel ministre du Logement (Parti Socialiste), la Wallonie entend lutter contre les logements inoccupés en imposant des conditions plus drastiques sur les résidences secondaires. A partir du 1er septembre 2022, les gestionnaires de réseau de distribution (eau et électricité) seront autorisés à communiquer aux pouvoirs publics les consommations de certains logements soupçonnés d’être inoccupés. En-dessous d’un certain seuil, des démarches administratives et/ou judiciaires pourront être lancées. Ainsi, un logement sera présumé inoccupé s’il présente une consommation inférieure à quinze mètres cube d’eau par an ou à cent kilowattheures par an.

En Wallonie, il y a un trop grand nombre de ménages wallons qui éprouvent des difficultés pour se loger, tandis que beaucoup de logements restent inoccupés. Désormais, garder un logement inoccupé en Wallonie sera considéré comme une infraction“, a annoncé Elio Di Rupo, ministre-président de la Wallonie (PS), sur son compte Twitter. Dès le mois de septembre, un juge du tribunal de première instance pourra ordonner toute mesure utile afin d’en assurer l’occupation dans un délai raisonnable, à la demande des autorités administratives ou d’une association agréée par le gouvernement. Le montant de l’amende administrative est comprise entre 500 et 12.500 euros par logement (en fonction de la longueur de la façade et du nombre d’étages du logement).

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.