Illustration (Juan Pablo Serrano Arenas / Pexels / ImmoPotam).

Carcassonne (11) : une maison vidée durant les vacances des locataires

A Carcassonne (11), depuis plusieurs mois, une famille ne paie plus ses loyers et conteste la fin du bail. Pour y remédier, la propriétaire a profité de leurs vacances pour vider la maison et laisser toutes leurs affaires sur le trottoir.

Propriétaire avec son mari d’une maison dans le hameau de Montlegun (Aude), Maria A a décidé de se faire justice elle-même dans un conflit qui l’oppose à ses locataires. Alors qu’elle a annoncé à ses locataires la fin de leur bail en octobre dernier, les occupants ont contesté la date de la fin du contrat. Estimant être engagés pour une durée de six ans avec la SCI, ils ne comprennent pas que les propriétaires veuillent récupérer leur maison pour la mettre en vente. Pour ne rien arranger, les occupants décident de ne plus payer leurs échéances et le bailleur finit par les assigner en justice où leur avocat et un huissier ont fait les démarches pour obtenir un avis d’expulsion. Or, si l’audience devait se tenir fin juin 2022, l’avocat des locataires est parvenu à la faire reporter au mois d’octobre. C’est à ce moment-là que Maria A redoute le pire : à cette date, entre les loyers impayés et la trêve hivernale (qui s’applique habituellement du 1er novembre au 31 mars de l’année suivante), elle risque de se faire saisir la maison par la banque car son mari doit continuer de rembourser 950€/mois.

J’ai tout mis sur le trottoir, les gens sont venus se servir, le bruit d’un vide-grenier s’est vite répandu jusqu’aux quartiers voisins. Quant aux voitures, elles sont chez des épavistes, dont la police a les numéros. […] J’étais excédée, ce que j’ai fait, c’est innommable, c’est vrai qu’ils n’ont absolument plus rien. J’ai perdu la tête, mais je suis prête à affronter la justice“, reconnaît Maria A, la propriétaire de la maison à Carcassonne, dans L’Indépendant. En ayant recours à un tel procédé, le bailleur risque jusqu’à sept ans de prison et 100.000 euros d’amendes pour ce qui est considéré comme un délit par la justice.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Emma Petit-Berthelot

Contributrice pour ImmoPotam.com. Sujets de prédilection : emploi, Ile-de-France, ancien / récent, loi Carrez, prêt classique... Tous ses articles