Illustration (Mabel Amber / Pexels / ImmoPotam).

Le manque de logements en France peut-il mener à une crise sociale ?

Pour Olivier Salleron, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), il est urgent que les candidats à la prochaine élection présidentielle prennent la question du logement très au sérieux s’ils ne veulent pas se retrouver avec une nouvelle crise sociale à gérer dans les mois à venir…

Le marché du BTP peine à retrouver son niveau de 2019, à se remettre des effets du Covid survenus tout au long de 2020, et s’attend à enregistrer un chiffre d’affaires sensiblement à la baisse par rapport à 2019. Si la demande est toujours très forte, notamment sur le marché de la maison individuelle, le manque de permis de construire délivrés et la crise des matières premières sont un véritable sujet pour les professionnels du secteur car cela se ressentira inévitablement sur le pouvoir d’achat des ménages au moment de payer l’addition. Pour Olivier Salleron, le président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), à quelques mois de l’élection présidentielle, la question du logement doit être au cœur de tous les débats car il s’agit d’un véritable enjeu de société et pourrait vite devenir virulent si les Français ne parvenaient plus à se loger décemment.

Si la crise du logement n’est pas réglée rapidement, je redoute une crise sociale dans les deux à cinq ans à venir. Elle peut faire sortir des gilets écarlates“, a pesté Olivier Salleron, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), lors d’un séminaire organisé à Lisbonne (Portugal). Pour que la question du logement soit véritablement prise au sérieux, il ne serait pas contre l’idée de voir un ministère de la Construction se mettre en place, sous la tutelle du ministère de l’Economie et de l’Industrie, pour répondre rapidement à cette urgence en espérant que la multiplication de nouvelles normes cessent, elles qui empêchent à ce secteur d’avoir un minimum de visibilité…

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.