Illustration (Mikhail Nilov / Pexels / ImmoPotam).

Métavers : l’immobilier virtuel bat des records

Il n’y a pas que dans l’immobilier réel où les prix sont en plein boom : cette semaine, l’entreprise américaine Republic Realm a annoncé avoir investi 4,3 millions de dollars (3,8M€) pour un terrain virtuel sur The Sandbox. Il s’agit tout simplement de la transaction la plus onéreuse pour de l’immobilier virtuel.

Si l’immobilier se digitalise de plus en plus, certains ne s’attendaient sûrement pas à ce que ce soit à ce point. Mardi dernier, Republic Realm a misé 4,3 millions de dollars (3,8 millions d’euros) sur un terrain virtuel que l’on retrouve sur The Sandbox, une plateforme numérique qui permet aux participants de se rencontrer, de discuter et de se divertir dans ce monde parallèle avec un avatar. Au niveau capitalistique, l’immobilier virtuel fonctionne exactement de la même manière que l’immobilier réel puisqu’il est possible de construire des biens, de les louer et de les vendre (avec la complexité administrative en moins). L’engouement sur ce nouveau marché s’explique d’abord par le potentiel que les entreprises peuvent en tirer puisqu’elles restent avant tout à la recherche d’une audience pour s’adresser à des consommateurs : si le métavers attire de plus en plus de monde, c’est autant de prospects à capter pour bonifier un chiffre d’affaires en se servant du numérique comme effet de levier sur l’économie traditionnelle. Si les sommes mises en jeu semblent aujourd’hui complètement folles et déconnectées de la réalité, comme pour tout marché, c’est le potentiel à en tirer qui justifierait l’investissement…

Republic Realm a souvent été approchée par des entreprises cherchant à mieux comprendre combien de dollars elles pourraient gagner en ouvrant un magasin de détail ou un restaurant dans le métavers et nous avons dû les ramener sur Terre pour leur rappeler que le métavers est toujours au jour 0. Les entreprises, avec une vision qui intègre le métavers, réalisent que c’est une opportunité de développer la notoriété de la marque… C’est une opportunité de planter un drapeau dans un endroit où seuls les plus audacieux s’aventurent aujourd’hui. Je pense que nous nous dirigeons vers ce résultat très bientôt, mais en fait, cela ne se produit pas encore… Donc, les entreprises qui insistent pour calculer des choses comme le taux de capitalisation ou le retour sur investissement, je pense qu’elles vont rester coincées. Un autre domaine dans lequel le métavers avait d’énormes promesses non réalisées était le commerce. L’une des opportunités pour les marques du monde réel cherchant à tirer parti des attributs uniques du métavers serait la vente phygitale de produits“, expliquait quelques jours plus tôt Janine Yorio, la cofondatrice de Republic Realm, à Mark Palmer (BTIG) à travers une discussion virtuelle portant sur l’investissement dans l’immobilier virtuel et la place des métavers pour les entreprises. En novembre, la société canadienne Tokens.com, spécialisée dans les cryptomonnaies, avait déboursé 2,4 millions de dollars (2,1M€) pour un achat immobilier sur Decentraland tandis que la Barbade serait prête à établir une ambassade dans le métavers. Récemment, un sac à main Gucci s’est vendu  plus cher que sa version physique sur la plateforme Roblox et Republic Realm a même cédé un yacht virtuel, The Metaflower Super Mega Yacht, pour quelques 650.000 dollars (575k€)…

Ce sondage est terminé.

Comprenez-vous cet engouement pour l'immobilier virtuel et le métavers ?

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.