Illustration (Miguel A. Padriñán / Pexels / ImmoPotam).

Australie : une maison invendable pour un problème cadastral

Propriétaires de leur résidence principale depuis près de vingt ans, M. et Mme Plowman se sont rendus compte qu’ils ne vivaient pas dans la bonne maison. En effet, à cause d’une erreur administrative survenue en 1893, les numéros cadastraux ont mal été renseignés et ils se retrouvent en difficulté pour vendre leur bien.

Depuis près de vingt ans, Cheryl et Peter Plowman habitent à Candelo (Australie), dans un petit village de la Nouvelle-Galles du Sud, mais il semblerait qu’ils aient passé tout ce temps à la mauvaise adresse. Pour cause, le département gouvernemental en charge des registres cadastraux aurait mélangé la numérotation de toute leur rue avec une attribution qui ne respecterait pas l’ordre chronologique. Propriétaire aussi de l’immeuble voisin, la famille Plowman pensait pouvoir le vendre pour financer une partie de leur retraite. Mais, au moment de réaliser la transaction, l’avocat des acheteurs s’est rendu compte que ses clients étaient sur le point d’acquérir la maison de M. & Mme Plowman, en bien mauvais état et nécessitant d’importantes rénovations, et non pas l’immeuble de rapport qu’ils convoitaient et qui a été récemment rénové. Si la transaction a pu être annulée à temps, le couple de retraités a dû dépenser beaucoup d’argent pour comprendre pourquoi l’opération avait capoté et voir d’où pouvait bien venir cette déconvenue. Si l’erreur semble bien réelle, du côté de l’administration on estime que le cadastre et sa numérotation n’évolueront pas.

Ces put***s de bureaucrates ne savent pas compter. Et c’est nous qui payons le prix d’une erreur commise il y a cent-trente ans“, a pesté Peter Plowman, le propriétaire épuisé par toutes ces procédures administratives, devant les caméras de Nine Digital Network. A l’inverse, dans la banlieue de Sydney (Australie), la famille Zammit refuse de se séparer de leur maison bâtie sur un terrain de 1,99 hectare alors que des promoteurs locaux sont prêts à leur en proposer plus de 40 millions de dollars australiens (27,17M€).

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.