Illustration (Jonny_Joka / Pixabay / ImmoPotam).

Marseille veut surtaxer les résidences secondaires

Face à la pénurie de logements et pour mettre un frein à l’envolée des prix de l’immobilier, la mairie de Marseille doit voter ce vendredi une augmentation de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires.

Pour lutter contre les logements vacants et freiner la spéculation immobilière, le conseil municipal de Marseille prévoit d’augmenter la taxe d’habitation sur les résidences secondaires. Cette majoration de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires, qui doit être votée ce vendredi par le conseil municipal, doit atteindre le taux maximal autorisé par le code général des impôts, passant ainsi de 20% à 60%. Cette nouvelle taxe permettra, selon les estimations, d’enregistrer 3 millions d’euros de recettes supplémentaires dans les caisses de la ville. Selon un récent rapport de la chambre des notaires des Bouches-du-Rhône, la ville de Marseille a connu une flambée des prix de l’immobilier depuis un an avec une hausse de 7,2%.

On attend simplement que du logement à Marseille, qui est peu utilisé ou mal utilisé ou pas utilisé, soit remis dans le circuit normal de la location. Il y a des gens qui oublient de faire quelque chose de leur résidence secondaire. Ca peut aussi les inciter à louer à l’année. Cela rendrait service aux Marseillais“, estime Joël Canicave, l’adjoint au maire de Marseille en charge des finances. Selon l’INSEE, Marseille recensait, en 2018, 14.157 résidences secondaires (3,2% de son parc immobilier).

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.