Illustration (unaihuiziphotography / Freepik / ImmoPotam).

Les prix augmentent bien vite dans les stations balnéaires

Pour les ménages qui peuvent s’offrir une résidence secondaire le long du littoral, les régions PACA et Nouvelle-Aquitaine sont les plus prisées. Depuis deux ans, vivre dans une station balnéaire n’a jamais été aussi onéreux.

Si l’exode urbain est une réalité depuis 2021, les stations balnéaires ont fort logiquement la cote sur le marché de l’immobilier. Dans une étude menée par la Fédération NAtionale de l’IMmobilier (FNAIM), il apparaît que le prix au mètre-carré est bien plus élevé dans ces destinations touristiques que sur le reste du marché national : au 1er juin 2022, il faut compter en moyenne 4.477€/m² pour être propriétaire dans une station balnéaire contre 3.020€/m² sur l’ensemble du territoire. Si en un an les prix ont évolué de +7,7% partout en France, elle est encore plus prononcée le long du littoral (+13%). Au cours des deux dernières années, les prix dans les stations balnéaires ont tout simplement bondi : +24,6%, très loin devant l’inflation ou la moyenne nationale (+14,6%). Malgré ces écarts de prix, toutes les régions n’ont pas le même succès : il faut compter 5.429€/m² pour vivre dans une commune du littoral en région PACA ou 5.307€/m² en Nouvelle-Aquitaine alors que les Hauts-de-France (3.183€/m²) et la Normandie (2.939€/m²) figurent parmi les plus abordables.

On constate clairement un ‘effet post-Covid’ sur les stations balnéaires. Comme on l’a constaté pour les villes moyennes, les Français sont à la recherche d’évasion, d’espace et de nature à l’issue de cette crise sanitaire. Plus que jamais, s’extraire des grandes zones urbaines est une priorité. Les fortes chaleurs qui deviennent plus violentes et plus récurrentes sont également certainement un argument de poids“, analyse Jean-Marc Torrollion, le président de la FNAIM, dans un communiqué de presse. Les biens situés dans les stations balnéaires sont particulièrement sollicités pour y établir une résidence secondaire (47%), bien plus que la moyenne nationale (10%), ce qui peut entraîner quelques frictions avec les habitants présents toute l’année (comme aux Sables-d’Olonne ou à Marseille notamment). A noter que l’Ile-de-Ré (Charente-Maritime) est l’île la plus onéreuse du littoral.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.