Illustration (Freepik / ImmoPotam).

2022 : un engouement plus discret pour les résidences secondaires

Si avec les vagues de confinements, la demande de résidences secondaires avait bondi de 30% entre 2019 et 2021, les acquéreurs se font désormais plus discrets depuis le début de l’année.

Lors du premier confinement, un très fort engouement pour les résidences secondaires avait logiquement été observé : les Français réclamant plus d’espaces, plus de calme, plus de proximité avec la nature, quitte à aménager du télétravail avec leur employeur. Si 2021 avait enregistré une hausse de 30% pour les demandes de résidences secondaires, Pretto note une accalmie depuis le début de l’année, avec un recul de 7% en avril 2022 par rapport à avril 2021. Pour le courtier, les acquéreurs de résidences secondaires ont 45 ans en moyenne et disposent de 5.600€ de revenus mensuels nets pour un budget moyen de 240.000€ (pour un apport moyen de 54.700€), avec une grande préférence pour le charme de l’ancien (85%).

L’année 2021 a été exceptionnelle sur de nombreux plans, y compris pour le marché des résidences secondaires très recherchées post-Covid. Le marché s’est alors tendu dans de nombreuses régions au point qu’il ne reste aujourd’hui que peu de biens à la vente. Le début de l’année 2022 amorce clairement une accalmie générale après la frénésie de 2021“, remarque Pierre Chapon, le président de Pretto, dans un communiqué de presse. Les régions les plus plébiscitées sont la Provence Alpes Côte-d’Azur (14% des recherches), l’Occitanie (13% des recherches) et l’Auvergne / Rhône-Alpes (12% des recherches).

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.