Illustration (Freepik / ImmoPotam).

Transactions immobilières : les moins de 30 ans se font plus discrets

Century 21 remarque que la conjoncture actuelle est délicate pour les jeunes ménages qui cherchent à accéder à la propriété, au point de se faire plus rares dans leurs agences depuis le début de l’année.

Entre un niveau de prix élevé, une capacité d’endettement encadrée, une part d’apports exigée par les banques, des taux d’intérêts en hausse, la prise en compte de travaux dans le budget et le coût du déplacement pour aller travailler : voilà autant de raisons qui font que les moins de 30 ans sont de plus en plus rares sur le marché de l’immobilier. Chez Century 21, il a même été observé que cette tranche d’âge avait reculé de 12% au cours du premier trimestre 2022 dans les transactions immobilières au sein de son réseau.

C’est problématique parce que ce qui va réguler le marché immobilier dans les trente années qui viennent, c’est la démographie et les primo-accédants“, regrette Charles Marinakis, le nouveau président de Century 21 France, sur BFM Business. Les professionnels de l’immobilier ont déjà alerté les responsables politiques en vue des prochaines élections législatives pour relancer ce marché durant le second quinquennat d’Emmanuel Macron.

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.