Illustration (Chaabani Mohamed Dhia / Pexels / HomoPotam / ImmoPotam).

Les Touches (44) : une ancienne SDF va pouvoir conserver son chalet

Au Nord de Nantes (Loire-Atlantique), une ancienne sans-abris a dessiné elle-même son chalet et l’a fait construire avec le soutien d’un ami menuisier-charpentier. Mais sa construction n’a pas été du goût de la mairie de Touches qui l’a attaquée en justice.

Enora (37 ans) a longtemps connu la galère : après avoir grandi en HLM à Nantes, elle est devenue SDF durant trois ans et vivait au jour le jour avec sa caravane. Après être devenue aide à domicile, elle parvient à acheter un terrain en friche de 2.200m², dans la commune des Touches (Loire-Atlantique), où elle pouvait surtout retrouver des déchets d’amiante et de la ferraille. Après avoir tout réhabilité, elle se lance dans la réalisation de son chalet, une cabane de 18m² qu’elle a faite construire avec l’aide d’un ami mesuisier-charpentier et qui lui a coûté 10.000€ environ. Pour vivre au quotidien, elle a fait installer des panneaux solaires qui lui permettent d’avoir l’électricité et récupère l’eau de pluie pour répondre à ses besoins (cuisine, toilette…). Totalement autonome, elle a fait installer des toilettes sèches à proximité de son chalet et elle recycle les résidus en compost. Quant au chauffage, elle peut compter sur un petit poêle à pétrole qui lui permet de se chauffer pour moins de 100€ par an.

Si Enora a fait preuve d’une grande ingéniosité pour réaliser son chalet de 18m², ces travaux ne sont pas du goût de la mairie de Touches. En effet, dès 2018, elle été attaquée en justice par la municipalité qui lui reproche l’exécution de travaux non autorisés par un permis de construire, une infraction aux dispositions du Plan Local d’Urbanisme (PLU) et l’installation irrégulière de caravane pendant plus de trois mois par an. Jugée en mars 2022, Enora reconnaît avoir eu la chance de croiser une juge très humaine qui a été émue par son parcours de vie, elle qui vient aussi en aide à sa maman atteinte d’un cancer. Bien qu’elle ait pu conserver son chalet, qui est sa résidence principale, alors que la municipalité exigeait sa déconstruction, elle a malgré tout été condamnée à une amende de 200€ (dont 100€ avec sursis) pour ne pas avoir respecté le PLU et ne pas avoir déclaré l’installation de sa caravane.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.