Illustration (Pixabay / Pexels / ImmoPotam).

L’APUR recense 18.648 logements durablement inoccupés à Paris

Selon l’APUR, si Paris recense 17,4% de logements vacants à fin 2020, il en ressort que les quartiers situés en périphérie ou dans le Nord-Est de la capitale sont moins concernés par les vacances de longues durées.

Dans une étude menée par l’Atelier Parisien d’URbanisme (APUR) et publiée en octobre 2021, l’association a recensée, à fin 2020, 18.648 logements vacants depuis plus de deux ans dans la capitale (soit 1,3% parmi les 1.417.040 logements enregistrés dans Paris). S’il existe des logements vacants pour des raisons conjoncturelles (le temps de gérer une transaction, une location ou une succession notamment), au-delà de deux ans, suite à la mise en place d’un décret depuis plusieurs années, les propriétaires concernés doivent payer une taxe qui rapporterait moins de 100 millions d’euros dans les caisses de l’Etat. L’APUR remarque aussi que ce sont dans les arrondissements les plus aisés de la capitale où l’on recense le plus de logements vacants de longue durée, comme c’est le cas à Paris VIIIe (4,1%), Paris VIe (2,3%) et Paris VIIe (2,2%). Enfin, l’APUR constate que les 18.648 logements vacants sont répartis dans 11.197 immeubles différents et que l’on ne retrouve qu’un logement vacant par adresse dans 70% des cas.

Une partie des logements vacants sont des petits logements sans confort nécessitant des travaux de remise en état pour être loués tandis que d’autres sont des logements en bon état correspondant à des investissements immobiliers et laissés vides par leur propriétaire“, assure l’APUR dans son étude. Dans une note à paraître en fin d’année, l’association sera en mesure de se montrer plus précise dans son analyse en se concentrant sur les caractéristiques de ces logements durablement vacants (surface, nombre de pièces, niveau de confort…) et détaillera le profil des propriétaires concernés afin d’accompagner les dispositifs mis en place par les pouvoirs publics pour favoriser la remise des biens sur le marché.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.