Illustration (Leah Kelley / Pexels / ImmoPotam).

Faut-il en finir avec les loyers toutes charges comprises ?

Beaucoup remarquent que les loyers parisiens sont bien souvent très onéreux et il apparaît que certains propriétaires ne respectent pas la loi sur l’encadrement des loyers. Jean-Michel Camizon reproche surtout aux annonces immobilières de ne pas être pleinement transparentes, rendant la comparaison des loyers difficile à justifier.

L’encadrement des loyers, tel qu’il est défini à Paris depuis 2015 par la loi portant sur l’Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (loi ELAN), oblige les propriétaires qui souhaitent mettre leur bien en location à ne pas dépasser un prix plafonné, fixé par arrêté préfectoral en fonction de la situation géographique et l’année de construction du logement. Il peut toutefois être majoré de 20% s’il dispose d’éléments exceptionnels comme une caractéristique de localisation (vue sur un monument…) ou un confort du logement (terrasse, combles…). Or, s’il apparaît que presqu’une annonce sur deux ne respecte pas ces plafonds, Jean-Michel Camizon, le président de l’association Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux (CLAMEUR) qui produit l’observatoire de référence sur les loyers en France, s’étonne de ce constat et souhaiterait que toutes les annonces immobilières puissent être comparées sur les mêmes bases. En effet, de plus en plus de sites spécialisés et d’agences immobilières ont pris pour habitude de communiquer sur un loyer mensuel toutes charges comprises, ce qui rend trop souvent impossible à savoir quelle est la part du loyer, des charges et éventuellement du loyer complémentaire.

40% de loyers non conformes : ça m’a étonné. Moi, je suis professionnel, mon métier est la gestion locative : je loue beaucoup sur Paris et j’avoue qu’on respecte évidemment scrupuleusement l’encadrement des loyers. Parfois, on fait appel à un complément de loyer mais on en reparlera et encore faut-il pouvoir le justifier. Ce chiffre m’a étonné. Je sais que les études qui sont faites par Se Loger sont basées sur les annonces : or, les annonces, ça pose un problème. C’est inflationniste et souvent le prix de décomposition d’une annonce est peu clair : c’est-à-dire qu’on ne retrouve pas la partie charges, la partie hors charges et la partie complément de loyer. […] Aujourd’hui, quand vous avez un site comme Le Bon Coin qui est le premier en nombre d’annonces, qui globalement ne met que des loyers toutes charges comprises, comment voulez-vous derrière analyser l’évolution d’un loyer ou le respect de l’encadrement puisque le montant des charges est évidemment variable ? Prenez un immeuble avec un chauffage collectif, vous avez la partie chauffage qui est dans votre loyer, il fait partie de vos charges. Prenez un immeuble avec un radiateur individuel ou un chauffage au gaz individuel, il n’est pas dans vos charges“, regrette Jean-Michel Camizon, le président de l’association CLAMEUR, au micro de Capital / Radio Immo cette semaine.

Ce sondage est terminé.

Faut-il en finir avec les loyers toutes charges comprises ?

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.