Illustration (jeanlouisservais / Pixabay / ImmoPotam).

Eric Zemmour entend favoriser l'”expulsion immédiate des squatteurs”

Pour Eric Zemmour, la propriété est sacrée et, bien que la législation ait évolué au 1er janvier 2022, il entend protéger au mieux les propriétaires qui verraient leurs logements occupés sans consentement. L’ancien journaliste préconise une tolérance zéro avec les squatteurs.

Si, par le passé, les procédures se sont bien souvent montrées chronophages et excessivement contraignantes pour les propriétaires qui devaient faire face à un squat, la législation a évolué au 1er janvier 2022 et laisse la possibilité au préfet, plutôt qu’à un juge, d’évacuer en trois jours un occupant illégal si le propriétaire dépose plainte auprès du commissariat, prouve qu’il s’agit bien de sa propriété et démontre que l’occupation est illégale. Mais Eric Zemmour, s’il est amené à devenir président de la République au printemps prochain, souhaite que les préfets aient recours aux forces de l’ordre pour une plus grande efficacité.

J’imposerai l’expulsion immédiate des squatteurs, sans passer par les tribunaux, et j’obligerai les préfets à utiliser le recours à la force publique pour défendre ce droit fondamental qu’est le droit de propriété“, a prévenu Eric Zemmour, candidat à la prochaine élection présidentielle (Reconquête !), lors de la réunion publique de l’Union des Droites à Cannes (Alpes-Maritimes) le week-end dernier. Par ailleurs, Eric Zemmour s’était exprimé sur la question des logements sociaux et avait fait savoir qu’il serait favorable à la suppression de la loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains (loi SRU) qui impose des quotas aux élus locaux.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.