Perspective (DR / LD3D / Domitys / Nexity).

Montargis (45) : une ancienne caserne au cœur d’une affaire d’Etat

Régine Engström, la préfète du Loiret, se retrouve dans le viseur du Parquet National Financier (PNF) qui lui reproche une éventuelle intervention sur un projet immobilier impliquant Nexity, son précédent employeur. L’imbroglio juridique pourrait s’étendre sur plusieurs mois…

Depuis plus d’une décennie à Montargis (Loiret), la caserne Gudin ne fait pas rêver grand monde : répartis sur 5,5 hectares, ses 35 bâtiments sont en très mauvais état et apparaissent surtout comme une gêne. Après avoir racheté en 2019 ce site militaire désaffecté à l’Etat pour 750.000 euros sans contrainte, l’agglomération montargoise avait fini par le revendre à Nexity, contre un euro symbolique, pour qu’il y bâtisse une résidence services à destination des seniors. Un permis de construire a même été déposé pour ce projet comprenant 122 appartements (du studio au 3P), permettant la création d’une vingtaine d’emplois et laissant la possibilité aux résidents de profiter de quelques 900m² de lieux de vie partagés pour vivre au quotidien (restaurant, espace multimédia, atelier, salon / bar, salle de sports, bassin d’aquagym…). Pour cela, “Le Jonque”, qui représenterait 22 millions d’euros d’investissements, impliquait la démolition des bâtiments et de l’horloge datant du XIXe siècle.

Pour les opposants, cette résidence haut de gamme est une menace pour le patrimoine local et, à l’été 2021, le ministère de la Culture a été sollicité pour inscrire la caserne Gudin à l’inventaire des monuments historiques et qu’elle se retrouve protégée pendant un an. Ainsi, dans ce type de procédure, c’est au préfet de prendre une décision et c’est là que les choses se corsent : juste avant d’être représentante de l’Etat, Régine Engström a été membre du comité exécutif chez Nexity et a occupé les fonctions de directrice des partenariats stratégiques et de la Responsabilité Sociétale et Environnementale (RSE), comme l’indique son profil LinkedIn. Pour éviter tout conflit d’intérêt, la préfète a annoncé à l’automne dernier se retirer du dossier et laisser la main à Benoît Lemaire, le secrétaire général de la préfecture du Loiret. Malgré cela, suite à la publication d’un article de Mediapart laissant penser le contraire, le Parquet National Financier (PNF) a décidé d’ouvrir une enquête préliminaire visant Régine Engström pour lui reprocher une possible intervention auprès du ministère de la Culture afin de défendre la cause de son ancien employeur.

La préfecture n’a pas à faire de commentaires sur des investigations décidées par une institution judiciaire. Concernant le dossier de la caserne Gudin, il n’y a pas d’éléments nouveaux. Pour mémoire, la préfète s’est, dès son arrivée, déportée de ce dossier. A ce jour, sont inscrits en totalité au titre des monuments historiques, par arrêté préfectoral publié le 10 mars 2022, les trois bâtiments entourant la place d’arme“, assurait la préfecture du Loiret à La République du Centre le 5 avril dernier. Du côté de la mairie de Montargis, Benoît Digeon (Les Républicains) remarque que la préfète n’avait rien à voir dans cette affaire et qu’elle ne s’était jamais impliquée dans le dossier de la caserne Gudin. En attendant, la commercialisation de cette résidence n’est plus d’actualité et les élus locaux pourraient demander à annuler la vente pour que l’Etat reprenne ses responsabilités…

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.