Illustration (rawpixel.com / Freepik / ImmoPotam).

Logement : la FPI ne comprend toujours pas l’absence d’un ministère

Si le Logement n’a pas de ministère, Pascal Boulanger estime que c’est dû à une vision court-termiste des politiques qui ont besoin de résultats rapidement. Il regrette cette situation car tous les acteurs auraient à y gagner en travaillant conjointement.

Pour Pascal Boulanger, le président de la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI), l’absence d’un interlocuteur spécifique pour traiter de la question du Logement en France est tout simplement incompréhensible à ses yeux. Pour lui, laisser croire que la question du logement serait trop technique pour intéresser les Français est un argument fallacieux, surtout si on la compare à la complexité de l’emploi, de la transition écologique, de l’insertion ou des solidarités : le Code du travail et ses 3.800 pages environ est bien plus hétéroclite que le Code de la construction et de l’habitation (quelques 2.600 pages). Il rappelle que le logement neuf a un réel rôle à jouer dans la transition écologique et que la France a un véritable savoir-faire en répondant probablement aux meilleures performances environnementales au monde. Il n’oublie pas de rappeler que le poids du logement est loin d’être marginal dans le pouvoir d’achat des ménages (30-40% des dépenses) et que le gouvernement aurait tout intérêt à rendre le logement abordable, quitte à libérer du foncier, inciter les maires à construire ou proposer davantage de dispositifs fiscaux pour diminuer le coût des logements (à travers une baisse de la TVA par exemple). Au lieu de cela, Pascal Boulanger estime que si le gouvernement ne fait rien pour le Logement, c’est uniquement à cause d’une vision court-termiste : les politiques ont besoin de résultats immédiats alors que le logement produit ses effets plusieurs années plus tard…

Incompréhensible ! Jamais les acteurs de l’immobilier n’avaient été aussi unanimes. Toute la chaîne du logement, les promoteurs immobiliers, les établissements financiers, les entreprises du bâtiment, les bailleurs sociaux et les associations ont demandé avec force, tout au long de la campagne présidentielle, la création d’un ministère de plein exercice dédié au Logement, à la Ville et à l’Aménagement du Territoire. Tribunes, manifestes, conférences de presse, rencontres avec les différents candidats ou leurs représentants, pas une seule occasion n’a été mise de côté pour porter ce message : le logement est un sujet trop important pour être cantonné à un simple secrétariat d’Etat ou un ministère délégué. Malgré ce travail en profondeur, pas de ministère de plein exercice dédié au Logement“, a pesté Pascal Boulanger, le président de la FPI, dans une note publiée la semaine dernière. Quelques jours plus tôt, l’unique organisation professionnelle représentative de la promotion immobilière avait dévoilé un nombre de logements neufs vendus au 1er trimestre 2022 en forte baisse en un an.

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.