Illustration (Victoria Viennet / Lutte Ouvrière).

Logement : le programme de Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)

Candidate à l’élection présidentielle 2022, Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) définit son programme en faveur du logement par une lutte permanente entre capitalistes / bourgeois et travailleurs précaires. Pour sortir de cette crise, ce sont aux travailleurs de prendre les choses en main.

Pour dresser son programme sur l’immobilier et le logement, Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) part d’un constat en s’appuyant sur les chiffres de la Fondation Abbé Pierre où l’on recense 4 millions de personnes sans logis (ou mal logées) et où 14,6 millions de personnes ont été fragilisées par la crise du logement. Elle regrette aussi que le nombre de personnes sans domicile fixe (300.000) ait doublé en France en dix ans. Elle reproche cette incapacité à loger dignement les plus vulnérables (migrants ou travailleurs précaires) dans l’un des pays les plus riches du monde. Elle remarque que le gouvernement n’a rien fait pour les logements sociaux puisque les prix en Habitations à Loyers Modérés (HLM) ont grimpé de 154% en vingt ans tandis que leurs constructions s’avèrent insuffisantes et loin de l’objectif de 40.000 logements sociaux construits chaque année. Nathalie Arthaud déplore aussi les coupes budgétaires des Aides Personnalisées au Logement (APL), qu’elle estime à quatre milliards d’euros en 2022. Elle reproche aux chefs d’Etat et gouvernements précédents d’avoir toujours conduit la même politique en faveur des plus aisés : elle ne veut plus de ce monde capitaliste où la propriété privée est plus forte que le droit d’avoir un toit sur la tête.

Dans le système capitaliste, le logement est une marchandise comme les autres, soumise à la loi de l’offre et de la demande. Tous ceux qui interviennent sur ce marché – promoteurs immobiliers, entrepreneurs du BTP, gestionnaires de biens… – n’y voient qu’une source de profit, sans avoir à se préoccuper des conséquences sociales de leurs choix. Et ces dernières années, la spéculation a encore aggravé la crise du logement, faisant exploser les prix. Les travailleurs sont condamnés à habiter toujours plus loin des centres-villes, ce qui multiplie d’autres dépenses, en transports par exemple, et rallonge les journées de travail“, peste Nathalie Arthaud, candidate à l’élection présidentielle 2022 sous les couleurs de la Lutte Ouvrière, dans son programme de campagne. Face à tous ces constats, elle entend réquisitionner tous les logements vides, aussi bien des appartements que des bureaux inoccupés, pour les transformer en logements sociaux. Pour elle, il n’est pas concevable que certaines familles doivent se tasser dans quelques mètres-carrés pendant que des personnes seules peuvent profiter d’un logement sur quelques centaines de mètres-carrés. A ses yeux, la crise du logement se terminera lorsque les travailleurs renverront le pouvoir de la bourgeoisie et en expropriant les grands groupes capitalistes.

La question du logement par Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.