Illustration (Bachellier Christian / Flickr).

Logement : le programme de Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise)

Dans son programme de campagne, Jean-Luc Mélenchon (LFI) fait 694 propositions pour les Français. 53 d’entre elles sont destinées à la question du logement.

Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) a listé 53 points pour sa politique en faveur du logement en France. Pour garantir un droit au logement abordable et digne, il veut contrer les expulsions avec un objectif de zéro sans-domicile (en inscrivant le droit à un logement digne dans la constitution, en interdisant les expulsions sans relogement, en faisant la sécurité sociale du logement, en garantissant un droit effectif à l’hébergement dans des conditions dignes, en menant une politique active de lutte contre les logements vacants, en augmentant les contingents d’attribution de logements sociaux, en créant 20.000 places d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes de violence, en revalorisant les aides personnelles au logement, en produisant 20.000 logements par an en résidences sociales et en sanctionnant les syndics qui ne remplissent pas leurs obligations envers les locataires ou propriétaires habitants), mobilier le parc privé pour les besoins prioritaires (en encadrant véritablement les loyers à la baisse, en renforçant le contrôle des collectivités locales, en favorisant la participation des habitants à la politique locale du logement, en généralisant les mesures du type clauses anti-spéculatives, en interdisant les ventes à la découpe, en arrêtant immédiatement les aides fiscales à l’investissement locatif privé, en limitant la transformation de logements en locations touristiques professionnelles, en soumettant à l’impôt les plateformes comme Airbnb, en imposant les hautes transactions immobilières, en augmentant la taxe sur les logements vacants en zone tendue, en faisant des biens en déshérence un patrimoine public après dix ans, en utilisant l’ensemble des dispositifs possibles pour mobiliser le parc privé pour loger des ménages modestes, en luttant contre les marchands de sommeil et les bailleurs indélicats, en supprimant les freins législatifs et réglementaires pour favoriser le développement de l’habitat coopératif, en imposant dans les constructions neuves que 100% des logements répondent aux normes PMR et en participant au financement des travaux d’adaptation des logements anciens), développer massivement un logement public et social de qualité (grâce à la construction massive de logements publics, en produisant 1.000.000 de logements réellement sociaux, en produisant 15.000 logements sociaux en faveur des étudiants chaque année, en privilégiant l’éco-construction pour la construction de logements sociaux, en instaurant un prêt à taux zéro pour les bailleurs sociaux, en exonérant ou en réduisant certaines taxes et impôts autour de l’immobilier, en augmentant la participation des employeurs à l’effort de construction, en mettant à disposition les emprises publiques à un prix très inférieur au prix du marché pour le logement social, en augmentant à 30% le quota minimum de logements sociaux, en incluant dans les quotas de logements sociaux des minimums obligatoires de logements très sociaux, en punissant plus sévèrement les maires qui ne respectent pas leurs obligations à travers des amendes et en transférant la délivrance des permis de construire au préfet, en introduisant une obligation de 30% de logements sociaux pour les opérations neuves, en rendant plus justes et transparentes les attributions de logements, en augmentant le nombre des représentants de locataires dans les conseils d’administration des organismes HLM et en promouvant le retour des gardiens d’immeubles dans le parc social), rompre avec la spéculation foncière (en mettant fin à la dégressivité dans le temps de la taxe sur les plus-values foncières, en maîtrisant les pieds de l’immobilier dans le cadre des aménagements gérés par des agences foncières régionales, en développant un patrimoine foncier public échappant à la spéculation au niveau des collectivités, des établissements fonciers et des offices fonciers solidaires, en favorisant la rénovation du bâti ancien en déshérence, en encourageant la reconstruction de la ville sur la ville, en créant un commissariat de l’aménagement) et rénover le parc existant pour le mettre aux normes écologiques (en mettant en œuvre un plan de financement massif des projets de rénovation écologique de l’habitat, en rendant obligatoire la rénovation globale de l’ensemble du parc de logements pour obtenir un niveau BBC avant 2050, en conditionnant l’obtention de labels écologiques et thermiques à des résultats énergétiques concrets et vérifiés, en redynamisant les secteurs de la construction et de l’architecture, en réformant l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, en réformant le financement de la rénovation, en promouvant une action spécifique envers les copropriétés dégradées, en mettant en place un guichet unique public pour organiser la rénovation par les propriétaires, en lançant un plan d’urgence de prévention et d’éradication des nuisibles…).

Le logement est la condition d’une vie digne. Il permet de pouvoir exercer quotidiennement son emploi, de jouir de la santé et du bien-être, de fournir à ses enfants un espace protégé où ils peuvent grandir et s’épanouir. Il constitue la base à partir de laquelle se projeter dans l’ensemble des dimensions de la vie. […] Aussi, afin de rendre le droit au logement effectif, nous l’inscrirons dans la constitution. Nous sortirons le logement et l’habitat des mécanismes du marché par un plan d’action volontariste qui démarrera dès le début du mandat“, remarque Jean-Luc Mélenchon, candidat à l’élection présidentielle 2022 sous l’étiquette de La France Insoumise, dans son programme de campagne. Pour dérouler son argumentaire, il s’appuie aussi sur les chiffres forts révélés par la Fondation Abbé Pierre concernant le mal logement en France.

La question du logement par Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise)

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.