Illustration (DR / Objectif France).

Logement : ce que propose R.Smati pour améliorer la vie des Français

Candidat à la prochaine élection présidentielle, Rafik Smati entend revoir toute la politique autour du logement qui est pour lui un échec depuis des décennies et nécessite des réformes radicales pour débloquer la situation.

Dans son dernier rapport, la Fondation Abbé Pierre pointait du doigt le quinquennat d’Emmanuel Macron, lui reprochant une politique du mal logement, et, dans le même temps, les acteurs du marché immobilier alertaient sur le nombre de construction de logements neufs en baisse. Pour y remédier, Rafik Smati propose de libérer la constructibilité du foncier (notamment les terrains en zone contiguë pour doper la construction de logements en zones tendues), remplacer toutes les mesures d’aide au logement existantes pour une aide unique et directe à la personne à travers un chèque logement (qui pourra être attribué aux propriétaires et aux locataires automatiquement indexé sur le niveau de revenu, la taille de la famille et la région de résidence), mettre fin au logement social dans sa forme actuelle (les offices publics deviendront des entreprises sociales pour l’habitat qui auront pour obligation de céder prioritairement les biens à leurs locataires dans des conditions avantageuses), interdire aux bailleurs de demander aux candidats à la location autre chose que leur pièce d’identité (offrant en contrepartie aux bailleurs un droit de propriété opposable permettant des procédures d’expulsion simplifiées et accélérées) et moderniser la fiscalité à travers une contribution définie par les collectivités locales (en tenant compte des revenus des habitants et de la valeur du foncier).

La France dépense deux fois plus que la moyenne européenne pour sa politique du logement et compte deux fois plus de logements sociaux. Pourtant, nous comptons 700.000 SDF, 2,4 millions de mal logés ; l’indice du prix du logement corrigé du revenu des ménages a bondi de 80% en moyenne en France depuis 1997, et les ménages consacrent une part toujours plus grande de leurs revenus au logement. Nous ne construisons pas assez, alors que nous comptons 9% de logements vacants et des millions de logements indignes. La solution, ce n’est pas plus de social, plus de dépenses et de normes, plus de ‘plans’ pour la ville et la ruralité. Il faut changer de logiciel et libérer le secteur immobilier pour sortir de la crise du logement et améliorer la vie des Français“, estime Rafik Smati, chef d’entreprise et candidat à la présidentielle 2022 (Objectif France), dans son tract de campagne portant sur sa politique en faveur du logement.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.