Illustration (rawpixel.com / Freepik / HomoPotam / ImmoPotam).

Philippe Plaza attend un partenariat avec les pouvoirs publics

Entre les périodes d’élections, la crise sanitaire et la guerre en Ukraine, l’immobilier résidentiel a un profond retard à combler pour satisfaire une demande toujours plus nombreuse. Pour Philippe Plaza (Eiffage Immobilier), c’est à l’Etat de prendre ses responsabilités pour relancer cette économie.

Alors que le monde du BTP est directement impacté par les difficultés rencontrées durant la crise sanitaire ou plus récemment par la guerre en Ukraine, entraînant une forte envolée des prix sur les matières premières, Philippe Plaza, le directeur général d’Eiffage Immobilier, reconnaît que l’immobilier neuf est en difficulté, aussi bien sur le volume de logements proposés que sur le rythme de commercialisation bien loin des standards connus lors des dernières années. Aujourd’hui, si les besoins des ménages sont bien réels (et encore plus avec le télétravail), les acquéreurs se retrouvent confrontés à une offre réduite, des prix élevés et des conditions de financement moins favorables. Pour remédier à ce cercle infernal, il souhaiterait une implication de l’Etat plus forte sur la question du logement avec une vision nationale pouvant agir localement. Le rôle de l’Etat serait alors d’harmoniser la politique du logement tout en tenant compte des besoins de maires bâtisseurs.

Un ministère du Logement isolé au gouvernement, n’a plus de sens. Le logement constitue l’une des briques de l’économie d’un territoire et de la nation. Il doit répondre à une politique nationale mais doit s’appliquer localement. Si l’on construit un logement, cela génère des équipements publics, ce qui a un impact budgétaire pour les collectivités. Le logement devrait être intégré à un ministère de la Ville, des mobilités. Le comportement des acquéreurs a évolué ces dernières années, notamment avec le télétravail, ils sont beaucoup plus sensibles aux temps de transports et à la qualité du cadre de vie. Il devrait y avoir un contrat de partenariat collectivité / Etat, engagé par écrit dès le début d’un mandat, via un plan triennal ou quinquennal par exemple. Cela permettrait un développement harmonieux de la politique du logement au niveau national et adapté aux territoires. Le nombre de logements à construire pourrait être fixé sur une période de trois ou cinq ans en accord avec les élus locaux, le gouvernement ayant un rôle de soutien pour les maires bâtisseurs“, remarque Philippe Plaza, directeur général de Eiffage Immobilier, au Figaro. Depuis le début de l’année, de nombreux professionnels tentent d’alerter les responsables politiques pour les sensibiliser sur la question du logement en France et l’importance qu’il a sur toute l’économie…

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.