Illustration (GAIMARD / Pixabay / ImmoPotam).

Manque de logements neufs : la faute aux maires ?

Pour Emmanuelle Wargon, le manque de logements neufs s’explique par la difficulté des élus locaux à valider des permis de construire. Pour y remédier, le gouvernement compte bien maintenir certaines incitations…

Le manque de logements en France est un sujet récurrent, bien que 150.000 à 200.000 habitations sortent en moyenne chaque année de terre. Pour faire face à une demande toujours très forte, Emmanuelle Wargon a conscience que cela passe par la construction et la délivrance de permis de construire, même si l’année 2020 a été particulièrement difficile pour ce secteur où les différents confinements liés au coronavirus et à la période d’élections municipales ont eu tendance à geler les procédures administratives. Toutefois, la ministre du Logement relativise la situation puisque les chiffres restent encouragements avec un peu plus de 450.000 permis de construire octroyés pour l’année en cours, ce qui correspond pratiquement au niveau de 2019. Elle entend mettre en place des mesures incitatives pour permettre aux élus locaux d’aller plus loin dans la transformation des territoires, grâce à une contractualisation avec l’Etat qui permettrait de leur faire bénéficier d’une aide de 1.500 euros par logement construit ou de leur faire profiter du fond Friche pour construire des opérations là où il n’y a plus rien.

On a à la fois besoin de logements neufs et que plus de logements existants / vacants retournent sur le marché. Pour le neuf, on a tous vécu la crise Covid qui, pour la construction de logements a été aggravée, si je peux dire, par le fait que les élections municipales se sont étalées toute l’année 2020, ce qui veut dire comme il y a toujours un trou dans les permis de construire, les maires octroient moins de permis de construire juste avant les élections et ça reprend doucement après les élections. On a vraiment une année 2020 où on a eu moins de permis de construire“, remarque Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée au Logement, lors de son passage sur le plateau de BFM Business hier. Espérons à présent que l’élection présidentielle qui arrive en 2022 ne serve pas d’obstacle à la reprise du marché de l’immobilier, même si les promoteurs sont généralement attentistes dans ces moments-là…

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.