Illustration (Droits réservés / Kineti Technologies).

5 questions à… Benoît Caillaud (Kineti Technologies)

Pour ceux qui se sont rendus dans un salon ou dans un bureau de vente récemment, vous avez forcément aperçu de (gigantesques) tablettes tactiles, interactives et ludiques. A l’heure où l’immobilier tend de plus en plus vers le numérique, Benoît Caillaud, directeur commercial chez Kineti Technologies, vous présente toute l’importance de cet outil digital pour une force de vente.

Le Covid et les nombreuses vagues de confinements ont accéléré la digitalisation du monde de l’immobilier. Parlez-nous de votre table tactile et interactive que l’on retrouve de plus en plus dans les salons et les bureaux de vente !

Depuis 2013, nous accompagnons bon nombre de promoteurs à travers nos mobiliers tactiles (tables et bornes principalement) afin de conférer la meilleure expérience client possible. L’acquéreur peut alors interagir directement avec les médias du programme immobilier et s’impliquer davantage dans son achat. Chez Kineti, nous disons souvent “toucher, c’est acheter !“. L’époque de vendre sur plan d’archi est révolue ! Le Covid a été un catalyseur pour notre solution Realty Digital : en effet, faute de bulles de ventes ouvertes, nous avons accéléré le développement de notre plateforme permettant de vendre en toutes situations (physiques ou présentielles, ventes assises ou debout). Elle s’adresse particulièrement aux CGP et aux cabinets spécialisés en investissement.

Comment voyez-vous évoluer la commercialisation de logements, neufs ou anciens, dans les mois à venir ?

J’entends souvent parler de crise immobilière à venir suite à des prix trop élevés, de bulle immobilière… De mon point de vue, je pense que le marché est assez stable et qu’il va s’accélérer à partir du deuxième semestre 2022. Pour cause, les élections seront dernières nous et un nombre de lancements assez important côté promoteurs est à recenser. Quant à l’ancien, on observe une baisse d’enregistrement de transactions dans les études notariales : cela s’explique, en partie je pense, par les actualités malheureuses causées par la guerre en Ukraine. Je pense également que le marché sera dynamisé avant cet été.

Aujourd’hui, il est désormais possible de vendre un appartement à un client à l’autre bout de la France, sans qu’il ne sorte de son salon. Envisagez-vous de proposer d’autres outils encore plus immersifs pour favoriser la vente à distance tout en restant ludique pour le prospect ?

Effectivement, il était nécessaire (voire urgent) de proposer aux commercialisateurs la possibilité de vendre un bien en toutes situations. Il est fréquent d’observer un vendeur vendre un bien qui n’est pas dans la localité à un acquéreur de l’autre côté de la France. Aujourd’hui, à travers nos outils 3D, de comparateur de lots, de calculatrices de défiscalisation, d’interface regroupant plus de 20.000 lots, d’apport de leads, nous avons réussis notre pari qui est celui d’apporter les meilleurs outils. Pour des outils encore plus immersifs ? A ce jour nous capitalisons sur ce qui fonctionne et n’avons pas forcément de nouveautés à présenter.

Quelle serait la plus belle rencontre que vous ayez faite professionnellement ?

Assez dur de répondre à cette question ! Très sincèrement, il m’est difficile d’établir un classement de mes rencontres professionnelles : pour chacune d’entre elles, j’ai eu la chance de vivre des moments de partage très riches, de beaux projets… Pour le coup, je donne ma langue au chat !

Vous êtes ministre du Logement dans un prochain gouvernement* : que feriez-vous en faveur de l’immobilier et du BTP ?

Avant toute chose, n’oublions pas que la fonction première du logement au sens large est d’apporter un toit, un foyer à chacun, que ce soit à des familles ou même des personnes seules quel que soit leur statut social. A partir de là, j’essaierai de faire en sorte que chaque citoyen bénéficie d’un logement avec des conditions décentes.

Se connecter à Benoît Caillaud (Kineti Technologies)

*L’interview a été réalisée avant l’élection présidentielle de 2022 : la réponse est dissociée de l’actualité et de tout partisanisme politique.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.