Photographie (Droits réservés / Direction Générale des Finances Publiques).

Saint-Elix (31) : pas de potentiel acquéreur pour le château

Le château de Saint-Elix (Haute-Garonne) reste la propriété de l’Etat : aucun acquéreur ne s’est positionné sur cette bâtisse du XVIe siècle dont la mise à prix démarrait à 750.000 euros.

A Saint-Elix (Haute-Garonne), petit village situé au Sud-Ouest de Toulouse, le château n’a toujours pas changé de propriétaire malgré la vente aux enchères organisée par l’Etat. Cette bâtisse, construite en 1540 par le secrétaire de François Ier et qui a appartenu par la suite au marquis de Montespan, était mise à prix pour 750.000 euros. Cette demeure, classée aux monuments historiques en 1927, offrait aux potentiels acquéreurs 2.000m² environ comprenant vingt-cinq pièces, quatorze chambres et neuf salons répartis sur trois niveaux.

Cette vente n’a pas permis de trouver un candidat à l’acquisition du château de Saint-Elix“, note l’une des chargées de la vente à La Dépêche du Midi. Pour dynamiser la vente et mettre toutes les chances de réussite de son côté, l’Etat avait fait appel à Bimbird, une société basée à Aureville (Haute-Garonne), qui avait pour mission de reconstituer le château en 3D et de proposer une visite virtuelle aux potentiels acquéreurs.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.