Photographie (DR / Matrix News / Daily Mail Australia).

Une famille australienne résiste encore et toujours à des promoteurs

A The Ponds, dans la banlieue de Sydney (Australie), la famille Zammit possède une splendide demeure construite sur généreux terrain de 1,99 hectare qui fait rêver tous les promoteurs locaux. Le problème, c’est qu’ils n’ont absolument pas l’intention de vendre leur belle parcelle.

Au Nord-Ouest de Sydney (Australie), dans la ville résidentielle de The Ponds, habite la famille de Diane et David Zammit depuis 2006. Au bout d’une majestueuse allée de style château de Windsor de près de deux-cents mètres de long, sur un terrain de 1,99 hectare, se trouve leur maison en briques rouges, construite sur deux niveaux et proposant un garage triple et au moins cinq chambres. Protégée par 750 mètres de clôtures faisant le tour du terrain, cette maison d’exception, qui dispose d’une vue imprenable sur les Blue Mountains, fait rêver les voisins et offre quelques sueurs froides aux développeurs fonciers. En effet, depuis près de dix ans, les promoteurs immobiliers cherchent à racheter toutes les parcelles pour y construire de ravissantes petites maisons individuelles qu’ils revendent à des prix supérieurs au million de dollars australiens (679.217€). Si les voisins de l’époque ont fini par céder devant l’appât du gain, la famille Zammit a toujours refusé de discuter avec qui que ce soit à ce sujet. Si les terrains voisins ont pu être vendus 239$/m² (162€/m²), le terrain de la famille Zammit passerait de 4,75 millions de dollars australiens (3,23M€) à plus de 40 millions de dollars australiens (27,17M€) aujourd’hui. Avec de tels changements dans le quartier et une belle plus-value financière, beaucoup de personnes auraient tourné de l’œil et finit par abandonner ce grand jardin qui nécessite presque trois heures pour être tondu chaque semaine…

C’était autrefois des terres agricoles parsemées de petites maisons et de cottages en briques rouges. Chaque maison était unique et il y avait tellement d’espace – mais plus maintenant. Ce n’est tout simplement pas la même chose“, raconte Diane Zammit, la mère de famille, au Daily Mail Australia. Dans le quartier, on apprécie de voir que cette famille puisse tenir tête aux promoteurs : les voisins préfèrent ainsi avoir une vue une un grand espace vert et vivre dans une impasse plus sécurisante pour leurs enfants…

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.