Illustration (Paulwurf / Pixabay / ImmoPotam).

Les logements individuels restent largement majoritaires en France

Dans sa dernière étude, l’INSEE montre que la maison individuelle reste la norme majoritaire en France métropolitaine. Les Français, qui aspirent à plus de volume et d’extérieur, pourront continuer à trouver leur bonheur dans ce type d’habitation.

Si Emmanuelle Wargon avait fait une sortie médiatique contestée contre la maison individuelle le mois dernier, il n’en demeure pas moins vrai que ce type d’habitation reste très largement plébiscité en France. Dans une étude publiée par l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE), il apparaît, au 1er janvier 2021, que parmi les 36,2 millions de logements recensés en France métropolitaine, 55,1% sont individuels. Toutefois, l’écart entre le logement collectif et individuel est amené à se réduire avec le temps puisque de plus en plus de constructions neuves sont destinées à l’habitat collectif.

En 2021, l’habitat individuel représente 55% des logements, comme en 1982. Ce type d’habitat est majoritaire parmi les résidences principales comme parmi les résidences secondaires et les logements occasionnels. Depuis 2008, sa part recule légèrement, car le nombre de logements collectifs augmente plus vite que celui des logements individuels, jusqu’à deux fois plus vite sur les cinq dernières années. Depuis 2013, les logements achevés dans l’année sont en effet plus souvent collectifs qu’individuels“, remarque l’INSEE dans sa note mensuelle publiée le 9 novembre dernier. Entre 2016 et 2021, la part de logements individuels a augmenté de 0,6% contre 1,3% pour les logements collectifs.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.