Illustration (moshehar / Pixabay / ImmoPotam).

Rennes (35) : deux Ukrainiennes et leur chien privés d’hébergement

Victoria et Ludmila sont deux Ukrainiennes qui sont arrivées à Rennes (35), mi-mars, après avoir traversé six pays pour échapper aux bombardements. Sur place, la préfecture de l’Ille-et-Vilaine n’a pas d’hébergement à leur proposer car elles ont un chien.

Le gouvernement ambitionne de proposer 100.000 places en hébergement pour accueillir les Ukrainiens fuyant leur pays en guerre, mais la présence d’animaux ne semble pas avoir été vraiment prise en considération. Au début de la guerre, Victoria et Ludmila étaient terrées dans le sous-sol de leur maison située à proximité de Kiev (Ukraine) jusqu’à ce que des soldats russes commencent à se rapprocher de leur village. Pendant que leurs hommes ont fait le choix de rester au pays pour prendre les armes et combattre l’armée russe, elles prennent la décision de fuir en voiture avec quelques affaires et leur chien, Rey, pour retrouver une amie installée à Rennes (Ille-et-Vilaine) avec qui elle avait travaillé dans une banque. Les deux femmes, avec leur acolyte, parcourent alors près de 3.600 kilomètres en une dizaine de jours (en passant par la Roumanie, la Hongrie, la Slovaquie et l’Allemagne) pour finir leur périple dans la capitale bretonne. Le lendemain de leur arrivée, elles se rendent à la préfecture d’Ille-et-Vilaine pour y obtenir un hébergement mais elles se retrouvent dans une impasse car les animaux ne sont pas pris en compte dans l’équation.

En cas de morsure d’un animal dans un centre d’hébergement collectif, la responsabilité de l’opérateur gestionnaire est engagée“, rappelle la préfecture d’Ille-et-Vilaine au Figaro. La Fondation Brigitte Bardot rappelle qu’une dérogation a été mise en place au niveau européen pour permettre à tout réfugié ukrainien d’être accueilli en France avec son animal. En attendant, Victoria et Ludmila peuvent compter sur l’association Solidarité Bretagne Ukraine qui leur a trouvé une solution provisoire pour deux semaines.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.