Illustration (Flora Westbrook / Pexels / ImmoPotam).

Le gouvernement veut plafonner le nombre de logements sociaux

S’il est souvent reproché à certains maires de ne pas construire suffisamment de logements sociaux, une circulaire ministérielle souhaiterait limiter les constructions de ce type dans les villes où la part est déjà élevée. Trop de social tuerait le social ?

On a souvent reproché aux mairies de ne pas respecter le jeu de la mixité sociale, préférant payer de lourdes amendes plutôt que de favoriser la construction de logements sociaux. Mais, pour le gouvernement de Jean Castex, les abus qui sont faits dans un sens sont tous aussi contre-productifs dans l’autre sens. Ainsi, dans une circulaire éditée cet été par Emmanuelle Wargon (ministre déléguée en charge du Logement) et Nadia Hai (ministre déléguée chargée de la Ville), il est envisagé de plafonner la construction de HLM. Toutes les communes dont la part de HLM excède 40% pourraient être concernées par cette nouvelle mesure. L’objectif est de rééquilibrer le logement social en le répartissant mieux sur tout le territoire afin de lutter contre les dégradations des biens, l’accroissement des incivilités ou le risque de communautarisme notamment.

Cette mesure doit contribuer à améliorer les conditions de vie de nos concitoyens et à lutter contre le sentiment de relégation“, peut-on lire dans cette circulaire ministérielle. Deux sénatrices veulent aller plus loin : Dominique Estrosi-Sassone (LR) et Valérie Létard (UDRL) souhaiteraient inscrire ce principe dans la loi en débattant de cette possibilité devant le parlement courant décembre.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.