Illustration (Karolina Grabowska / Pexels / ImmoPotam).

1er avril : fin de la trêve hivernale

Entre le 1er novembre et le 31 mars, le législateur, à travers la trêve hivernale, prévoit une mesure sociale et humaniste empêchant les procédures d’expulsions en période de grand froid.

La trêve hivernale, qui a vocation à éviter de mettre à la rue des personnes en grande difficulté quand il fait trop froid, touche à sa fin ce vendredi 1er avril 2022, alors qu’elle avait été exceptionnellement suspendue en 2020 et en 2021 pour cause de crise sanitaire. Pour expulser un locataire à la fin de la trêve hivernale, il faut une décision de justice avec un jugement d’expulsion et s’applique à toute personne résidant dans un local à usage d’habitation, qu’il soit vide ou meublé. La trêve hivernale ne s’applique pas si le relogement des expulsés peut être assuré dans des conditions suffisamment décentes qui respectent l’unité et les besoins du ménage, si les occupants de l’immeuble (squatteurs) n’ont jamais signé un contrat de bail avec le propriétaire ou si l’immeuble fait l’objet d’un arrêté de péril qui met en danger la santé et la sécurité des occupants.

Il est sursis à toute mesure d’expulsion non exécutée à la date du 1er novembre de chaque année jusqu’au 31 mars de l’année suivante, à moins que le relogement des intéressés soit assuré dans des conditions suffisantes respectant l’unité et les besoins de la famille. […] Ce sursis ne s’applique pas lorsque la mesure d’expulsion a été prononcée en raison d’une introduction sans droit ni titre dans le domicile d’autrui par voies de fait“, rappelle l’article L412-6 du Code des procédures civiles d’exécution sur LégiFrance. A noter qu’un bailleur a toujours la possibilité de recourir toute l’année à la justice pour obtenir la décision d’expulsion de ses locataires, seule l’exécution de la décision sera reportée.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.