Illustration (rawpixel.com / Freepik / ImmoPotam).

Les oligarques russes vont-ils manquer à l’immobilier de luxe ?

Si les oligarques russes ont massivement investi dans les Alpes et sur la Côte d’Azur, beaucoup de professionnels ne se montrent pas spécialement inquiets pour l’immobilier de luxe et craignent davantage des dommages collatéraux, notamment pour les copropriétés ou le personnel directement employé.

Alors que l’Union Européenne a décidé cette semaine de cibler près de 515 personnalités et entités russes proches de Vladimir Poutine en représailles de la guerre en Ukraine, l’immobilier de luxe pourrait se réorganiser dans les prochains jours sans pâtir de cette situation. Il ne faut pas oublier que les investissements russes étaient déjà surveillés auprès de TRAFIN (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits FINanciers clandestins) depuis l’envahissement de la Crimée (2014) et qu’ils représentent malgré tout des investisseurs très limités sur ce marché de niche, bien qu’ils soient omniprésents dans les demeures d’exceptions sur la Côte d’Azur ou dans les Alpes principalement. Si les Russes seront moins présents, il n’est pas exclu que d’autres nationalités issues du continent asiatique ou du Moyen-Orient voient cette situation comme une opportunité du marché. Mais la véritable difficulté, dans une telle situation, serait de créer des dommages collatéraux si les oligarques russes ne pouvaient plus accéder à leurs comptes pour payer leurs charges de copropriété ou leurs frais d’entretiens (jardinier, personnel de maison, conciergerie…). En attendant que le marché s’adapte à cette nouvelle donne, les professionnels de l’immobilier restent toujours prêts à répondre à toutes leurs obligations financières et fiscales.

Dans notre métier, c’est extrêmement important, en tant qu’agent immobilier on a cette responsabilité-là, de vérifier d’où proviennent les fonds. Et donc, on peut travailler avec toute clientèle, toute nationalité, à partir du moment où les fonds sont déclarés“, précise Garen Adjerhanyan, directeur de l’agence Keller Williams Massena (Nice), aux journalistes de BFMtv. S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions hâtives, le marché joue la carte de la prudence en se montrant attentiste pour le moment…

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.