Illustration (saiko3p / Freepik / ImmoPotam).

Toulouse (31) : un concierge menace de se suicider en cas d’expulsion

A Toulouse (31), les copropriétaires d’une résidence, qui reprochent principalement à leur gardien des écrits diffamatoires, ont décidé de le licencier et de récupérer son logement de fonction. Mais il menace de se suicider devant l’intervention des forces de l’ordre.

A Toulouse (Haute-Garonne), Jean-Marc Stadtler et son épouse vivent barricadés dans leur logement alors qu’une expulsion avait été ordonnée par la justice. Pour arriver à cette situation, le syndic et les copropriétaires, qui reprochent à leur concierge des approximations dans son travail et d’avoir distribué des tracts diffamatoires dans la résidence de quatre-vingt-dix logements environ, ont décidé de le licencier pour faute grave tout en cherchant à récupérer l’appartement. Si la justice a été saisie et a ordonné l’expulsion, le couple, qui a bloqué l’entrée avec des meubles et des béquilles, a menacé de se suicider en cas d’intervention des forces de l’ordre et la procédure a dû être interrompue juste avant la trêve hivernale.

Je commencerai par me couper les doigts avant de me trancher la gorge“, prévient Jean-Marc Stadtler, le concierge licencié pour faute grave, auprès de La Dépêche du Midi. Derrière cette procédure et cette situation extrême, la copropriété doit faire face à des frais qui commencent à s’accumuler : la procédure judiciaire représente plus de 7.000 euros, le logement du nouveau gardien coûte 600 euros par mois tandis que l’appartement occupé illégalement s’élève à 810€ par mois. L’affaire, qui dure depuis plus d’un an, doit encore être jugée aux prud’hommes au printemps prochain.

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.