Illustration (islandworks / Pixabay / ImmoPotam).

Le patrimoine immobilier de Donald Trump plombe sa fortune personnelle

Donald Trump a été le seul président milliardaire de l’histoire américaine. Il doit l’essentiel de sa fortune à ses investissements dans l’immobilier new-yorkais. Selon Forbes, il lui manque désormais 400 millions de dollars pour retrouver une place dans le top 400.

Pour la première fois depuis 1995, Donald Trump ne fait plus partie des 400 plus grandes fortunes des Etats-Unis. Pour Forbes, bien qu’il lui reste un patrimoine de quelques 2,5 milliards de dollars (soit 2,16 milliards d’euros), sa fortune a presque été divisée par deux depuis 2015 et la pandémie mondiale a accéléré 600 millions d’euros de perte sur son patrimoine immobilier. Si l’ancien président des Etats-Unis ne fait plus partie de ce classement honorifique, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même : en 2016, juste après son élection, les responsables fédéraux et le comité d’éthique incitaient Donald Trump à se débarrasser de ses placements immobiliers pour éviter tout conflit d’intérêt mais il avait préféré ne pas suivre ces recommandations pour montrer au monde entier qu’il était capable d’être chef d’Etat et chef d’entreprise à la fois. Ce choix est d’autant plus surprenant puisqu’un article du code fédéral des impôts permettait aux employés de l’Etat qui se séparent de leurs avoirs de bénéficier d’une exonération de l’impôt sur les plus-values, un dispositif qui est censé être incitatif pour éviter les conflits d’intérêts…

En s’accrochant à tout prix à son patrimoine immobilier, qui était estimé à 3,5 milliards de dollars après déduction de la dette, et en considérant qu’il aurait malgré tout payé un impôt sur les plus-values de l’ordre du milliard de dollars selon Forbes, Donald Trump aurait pu réinvestir ses 2,4 milliards de dollars dans un fonds indiciel suivant le S&P 500 et aurait aujourd’hui une fortune personnelle de 4,5 milliards de dollars, le rendant 80% plus riche qu’il ne l’est actuellement. En refusant de céder son patrimoine immobilier en 2016, aussi pour des raisons d’égo, cette décision coûte au final 2 milliards de dollars de manque à gagner dans les poches de Donald Trump.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.