Illustration (Etadly / Pixabay / ImmoPotam).

Passoires thermiques : l’audit énergétique espéré pour début 2023

Initialement prévu pour le 1er janvier 2022 puis décalé au 1er septembre, l’audit énergétique pourrait être reporté en 2023. Les diagnostiqueurs chercheraient à obtenir un nouveau report de la part du gouvernement.

Après le couac sur le nouveau Diagnostic de Performance Energétique (DPE) en 2021, c’est au tour de l’audit énergétique d’être à nouveau repoussé pour éviter une nouvelle controverse. S’il devait entrer en vigueur au 1er janvier 2022, il a été repoussé au 1er septembre 2022 à la demande des diagnostiqueurs qui n’étaient pas prêts à établir un document harmonisé. Mais sept mois plus tard, il semblerait que les professionnels ne soient pas plus avancés et seraient sur le point d’obtenir un nouveau report. Si le DPE est un document obligatoire lors de la vente ou de la location d’un logement pour en informer les futurs occupants de sa consommation énergétique, l’audit énergétique sera indispensable pour aviser le futur propriétaire des travaux à réaliser et le coût de la rénovation, laissant ainsi la possibilité d’en négocier le prix avec le vendeur. Cet audit énergétique doit s’appliquer dans un premier temps aux pires passoires thermiques (étiquettes F et G) pour être ensuite étendu aux étiquettes E (2025) et D (2034).

Les discussions entre les ministères concernés sont toujours en cours mais la tendance est à un report au premier semestre 2023, sans doute en mars ou avril“, précise un proche d’Olivier Klein, le ministre délégué en charge de la Ville et du Logement, au Figaro. S’il faut prévoir près de 200 euros pour obtenir le nouveau DPE, l’audit énergétique pourrait coûter entre 600 et 800 euros. La France recense 7,2 millions de passoires thermiques : ce sont autant de logements qui pourraient être concernés par cet audit énergétique pour être vendus.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Emma Petit-Berthelot

Contributrice pour ImmoPotam.com. Sujets de prédilection : emploi, Ile-de-France, ancien / récent, loi Carrez, prêt classique... Tous ses articles