Illustration (rawpixel.com / Freepik / ImmoPotam).

2022 : la France recenserait 7,2 millions de passoires énergétiques

Tous types de logements confondus, il y aurait 7,2 millions de passoires énergétiques en France en 2022. Cela représente pratiquement un logement sur cinq (19,5%).

En se penchant sur l’ensemble des logements en France (résidences principales, résidences secondaires et logements vacants), le ministère de la Transition Ecologique et de la Cohésion des Territoires, en s’appuyant sur les données de l’ADEME (l’agence de la transition écologique), a cherché à déterminer le nombre de passoires énergétiques, à savoir un appartement ou une maison qui aurait une consommation d’énergie finale supérieure à 331kWh/m²/an (et qui aurait alors une étiquette F ou G). Avec la réforme du DPE, et malgré les controverses sur les méthodes de calculs, il apparaît que 5,2 millions de résidences principales auraient une étiquette F ou G (17%), contre 1,2 million de résidences secondaires (32%) et 800.000 logements vacants (27%). Sans grande surprise, un logement qui est peu ou pas occupé est mécaniquement moins bien entretenu et se retrouve directement confronté face à une problématique écologique.

La distribution des étiquettes sur l’ensemble du parc de logements (soit près de 37 millions de logements) nécessite de prendre compte les résidences secondaires et les logements vacants. L’estimation de la distribution des étiquettes sur ce champ montre une plus forte proportion de logements énergivores. Ainsi, sur le parc des résidences secondaires et des logements vacants, près de 55% des logements sont classés E, F et G, contre 39% pour les résidences principales. 32% des résidences secondaires, soit 1,2 million de logements, et 27% des logements vacants, soit 0,8 million, sont estimés être des passoires énergétiques (étiquettes F et G)“, précise le ministère de la Transition Ecologique et de la Cohésion des Territoires dans son étude portant sur la performance énergétique au 1er janvier 2022 dans le parc de logements. A noter que la part de logements énergivores est plus prononcée dans les maisons (19,6%) que dans les appartements (14,5%).

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Emma Petit-Berthelot

Contributrice pour ImmoPotam.com. Sujets de prédilection : emploi, Ile-de-France, ancien / récent, loi Carrez, prêt classique... Tous ses articles