Illustration (Karrez Majik / Flickr).

HLM : pourquoi comptent-ils moins de passoires thermiques ?

Si la France comptabilise 16,84% de passoires thermiques sur l’ensemble de son parc immobilier, les logements sociaux sont plutôt épargnés par la précarité thermique.

Parmi les 28,37 millions de résidences principales recensées en 2018, l’Observatoire National de la Rénovation Energétique (ONRE) aurait enregistré 4,78 millions de passoires thermiques, c’est-à-dire des logements énergivores ayant une étiquette F ou G au Diagnostic de Performance Energétique (DPE). Ainsi, si l’on peut retrouver 16,84% de passoires thermiques en France, il apparaît que les logements sociaux sont mieux isolés que dans le parc immobilier privé. Pour comprendre un tel décalage entre les logements sociaux et le parc privé, cela peut s’expliquer par la stratégie des bailleurs sociaux à procéder régulièrement à des réhabilitations thermiques depuis des années et à vendre à bon prix son patrimoine quand celui-ci est particulièrement obsolète ou trop coûteux à entretenir.

On a un petit peu moins, en réalité, de passoires thermiques dans le logement social que dans le logement en général. 17-18% des appartements et des maisons sont vraiment ce que l’on appelle des passoires thermiques. Dans le parc HLM, c’est plutôt 14%“, remarque Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée en charge du Logement, lors de son passage à l’antenne de Sud Radio cette semaine. Pour rappel, avec la loi Climat & Résilience, les pires passoires thermiques ne pourront plus être mises en location à partir de 2025 (classe G), 2028 (classe F) et 2034 (classe E).

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.