Illustration (ProfessionalPhoto / Pixabay / ImmoPotam).

Taux variables : Olivier Lendrevie (CAFPI) enrage contre la BCE

Olivier Lendrevie (CAFPI) est farouchement opposé à ce que la BCE impose le taux variable aux banques de la zone euro. Surtout à la France, une référence du taux fixe. Il espère que tous les responsables sauront défendre ce modèle bancaire pour que la BCE n’impose pas les taux variables dans toute la zone euro.

Alors que la Banque Centrale Européenne (BCE) songe à généraliser les taux variables auprès de tous les établissements bancaires dans la zone euro, Olivier Lendrevie considère que cette initiative, si elle venait à se confirmer, serait de la folie. Le président de CAFPI rappelle que la raison d’être d’une banque est de jouer un rôle fondamental dans l’absorption et la gestion des risques, qu’elle doit œuvrer au service d’un système économique. Il note que le modèle français, qui s’appuie sur les taux fixes, est l’un des plus fiables d’Europe depuis cent-cinquante ans et qu’il n’a certainement rien à envier au modèle anglo-saxon qui dépend du taux révisable. Il n’oublie pas que c’est justement ce modèle de taux variable qui a créé la crise financière de 2008 et qui a mis de trop nombreux ménages en difficulté car ils n’étaient plus en mesure d’honorer leurs échéances quand les taux ont remonté à pleine vitesse. Pour lui, il ne faudrait surtout pas encourager les établissements bancaires à prêter à des taux révisables car les ménages seraient dépendants des aléas des marchés financiers et ce mécanisme pourrait davantage aggraver une crise immobilière comme cela a justement pu être observé dans les pays anglo-saxons par le passé.

Ca m’inspire qu’il doit vraiment y avoir des gens à Francfort, à la BCE, qui s’ennuient, qui sont dans leurs modèles mathématiques et qui ne s’intéressent pas à l’histoire. On est en train de complètement perdre de vue ce qui est la raison d’être d’une banque“, a pesté Olivier Lendrevie, le président de CAFPI, lors de son passage sur le plateau de BFM Business. Il espère aussi une intervention des dirigeants de grandes banques françaises, du gouverneur de la Banque de France et des membres du gouvernement pour défendre le modèle français, qui est le plus solide d’Europe depuis près de deux siècles, car derrière ce sujet politique, il n’oublie pas qu’il s’agit aussi d’un enjeu de souveraineté économique et de protection des consommateurs / emprunteurs français.

Faire appel à CAFPI pour son crédit immobilier

Ce sondage est terminé.

Etes-vous favorable à ce que les taux variables soient généralisés en France ?

Du 29 novembre au 1er décembre 2022, retrouvez ImmoPotam au MAPIC de Cannes (stand R7D5) aux côtés de LandQuire et Lancry International Real Estate.

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.