Illustration (Freepik / ImmoPotam).

2024 : une baisse des taux d’intérêts peut-elle sauver l’immobilier ?

Pour Michel Mouillart (L’Observatoire Crédit Logement / CSA), il faudrait bien plus qu’une baisse des taux d’intérêts pour relancer le marché de l’immobilier. Il attend aussi des actions immédiates et peu coûteuses de la part du gouvernement.

Si le marché de l’immobilier est en grande difficulté aujourd’hui, Michel Mouillart refuse toute idée de cycle. Le directeur scientifique de L’Observatoire Crédit Logement / CSA rappelle que si le marché de l’immobilier a pu se développer au cours des quinze dernières années, c’est d’abord parce que la population a progressé et qu’elle a eu des besoins de mobilité. Si ce marché est perturbé, ce ne peut qu’être à cause de dérèglements extérieurs (une décision publique, un désordre international…). Même si la hausse des taux d’intérêts à l’initiative de la Banque Centrale Européenne (BCE) a permis de bonifier la rentabilité des établissements bancaires, il ne croit pas que ce soit suffisant pour relancer le marché de l’immobilier : pour que ce soit efficace, il attend des actions politiques immédiates et sans coût supplémentaire.

Même si les taux du crédit immobiliers redescendaient en 2024, ce n’est pas pour autant que les marchés immobiliers repartiront. Pour que ce soit le cas, il faut prendre des décisions politiques avec effet immédiat et sans conséquence sur les finances publiques“, suggère Michel Mouillart, le directeur scientifique de L’Observatoire Crédit Logement / CSA, dans un entretien accordé à Ouest-France. Pour lui, les règles dictées par le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) depuis fin 2019 seraient inadaptées au monde actuel.

Faire appel au courtier CAFPI pour obtenir son financement

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Emma Petit-Berthelot

Contributrice pour ImmoPotam.com. Sujets de prédilection : emploi, Ile-de-France, ancien / récent, loi Carrez, prêt classique... Tous ses articles