Illustration (han / Pexels / ImmoPotam).

Les syndics devront respecter une nouvelle fiche tarifaire en 2022

A partir du 1er janvier 2022, les syndics professionnels devront faire preuve d’une plus grande transparence concernant leurs prix et les prestations proposées aux copropriétaires.

Pour plus de transparence et une meilleure qualité de l’information, à partir du 1er janvier 2022, les syndics professionnels devront remettre aux copropriétaires une fiche d’informations standardisée sur le prix et les prestations qu’ils proposent conformément à un arrêté paru au Journal Officiel le 9 septembre dernier. Ainsi, des élément précis devront être communiqués à l’ensemble des copropriétaires comme les principaux éléments sur l’identification du contrat du syndic (le numéro de matricule du syndic, le titulaire de la carte professionnelle…), les éléments sur la copropriété concernée (le numéro d’immatriculation, le nombre de lots de la copropriété…), la durée du contrat, la quotité des heures ouvrables et les horaires de disponibilité, le contenu du forfait (prestations obligatoires relatives aux assemblées, prestations optionnelles comme les assemblées supplémentaires et les réunions avec le conseil syndical), les prestations particulières non comprises dans le forfait (en précisant si elles sont rémunérées au temps passé ou tarif forfaitaire total proposé), les prestations de gestion administrative et matérielle relatives aux sinistres, la tarification pratiquée pour les principales prestations applicables au seul copropriétaire concerné (frais de recouvrement, frais et honoraires relatifs aux mutations que sont l’état daté ou l’opposition, frais relatifs à la tenue d’une assemblée à la demande d’un ou plusieurs copropriétaires pour des questions concernant leurs droits et obligations…).

La fiche d’informations doit respecter scrupuleusement ce modèle. Toutes les informations indiquées doivent figurer sur la fiche qui ne doit pas non plus comprendre d’autres éléments“, précise le ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance dans cet arrêté. La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) sera chargée de l’exécution de cet arrêté.

Découvrir le modèle à respecter

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.