Illustration (laucivan / Pixabay / ImmoPotam).

La SNCF se retire de la rénovation de la gare du Nord (Paris)

Une gare du Nord rénovée devait voir le jour à l’horizon 2024. Sur le papier, l’ambition était louable : permettre d’accueillir les visiteurs du monde entier dans les meilleures conditions et redonner une belle image de la France à l’occasion de la Coupe du Monde de rugby (2023) ou des Jeux Olympiques organisés par Paris (2024).

Si depuis 2014 la gare du Nord (Paris) a connu quelques petits travaux de rafraichissement, il était question qu’un important projet de rénovation ait lieu dans l’une des plus célèbres gares de la capitale. En effet, depuis 2018, un projet d’envergure avait été acté pour organiser les Jeux Olympiques dans les meilleures conditions, permettant l’accueil de 700.000 à 900.000 visiteurs uniques par jour dans un nouveau lieu plus adapté à son époque. Pour cela, et pour éviter aux finances publiques d’être mises à rudes épreuves, un partenariat public-privé avait été trouvé entre Ceetrus (la foncière du groupe Auchan) et SNCF Gares & Connexions. Ce mariage devait permettre de financer tous ces travaux pour un budget prévisionnel de 600 millions d’euros, rapidement corrigé à 900 millions d’euros, avec une maîtrise d’ouvrage commune à ces deux entités (StatioNord) et un chantier confié à Eiffage.

Au programme de ces travaux de rénovation, le visiteur, qu’il vienne de la banlieue, de Province ou d’une grande ville européenne, devait en premier lieu pouvoir se déplacer facilement avec des axes de circulation adaptés, lui permettant de relier tous les modes de transports à sa disposition (piétons, vélos, bus, taxis, métros, RER ou lignes internationales) de la manière la plus apaisée possible en évitant que ceux qui partent croisent en permanence ceux qui arrivent. Pour cela, le nombre d’ascenseurs et d’escalators devaient être doublés afin de ne pas oublier le déplacement des personnes à mobilités réduites. Et puisque la gare de demain doit être verte, il était même question de pouvoir stocker en toute sécurité près de 6.000 vélos sans oublier de mettre à disposition un service de réparation et un vestiaire pour les cyclistes.

Mais comme la gare de demain doit être bien plus qu’un lieu de transport, la gare du Nord devait entamer sa mutation en se structurant en centre commercial moderne (d’où l’intérêt pour le groupe Auchan de s’investir dans le projet et de profiter d’une concession jusqu’en 2070). Sur 110.000m², le visiteur pourrait trouver toutes les commodités dont il a besoin au quotidien à quelques pas : des espaces de shopping, des lieux pour se restaurer, des lieux dédiés à la culture avec une salle de spectacle et même un parc suspendu de plus de un hectare sur les toits de la gare du Nord recouverts de panneaux solaires. Et pour aller encore plus loin en étant éco-responsable, une banque alimentaire aurait pu voir le jour pour redistribuer en circuit court tous les invendus du moment et éviter le gaspillage.

Sur le papier, ce projet est très beau : les Anglais auraient sans doute cessé de voir notre gare du Nord comme une vulgaire pissotière qui aurait pu se montrer bien plus flamboyante que la très moderne King’s Cross Saint-Pancras à l’autre bout de la ligne (Londres). Sauf que depuis ce mardi 21 septembre 2021, la SNCF a décidé de jeter l’éponge, ne supportant plus les trop nombreux retards qui feront que la gare ne serait pas livrée avant 2026 et refusant d’assumer la nouvelle charge financière non prévue au début du projet puisque l’addition s’élève désormais à 1,5 milliard d’euros. Déjà en novembre dernier des tensions avaient été remarquées mais un accord avait pu être trouvé pour sauver le projet : revoir à la baisse les ambitions du centre commercial en supprimant un étage et demi correspondant à des commerces et à la salle de spectacle (qui était désirée par la ville de Paris).

Compte tenu de ces dérives insupportables par rapport aux engagements contractuels de StatioNord, SNCF Gares & Connexions ne peut que constater la défaillance grave de son concessionnaire et prononcer sa déchéance“, conclut la filiale du groupe ferroviaire dans un communiqué. Toutefois, que les habitués de la gare du Nord se rassurent a minima : si la SNCF se retire du projet de centre commercial, elle continuera malgré tout d’investir dans le quotidien de ses passagers…

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.