Illustration (Jovydas Pinkevicius / Pexels / ImmoPotam).

France : un impayé moyen de 7.770€ par copropriété

Si en moyenne 20% des charges courantes de copropriétés ne sont pas payées en France, la hausse de ces charges dans les semaines à venir pourrait compliquer davantage la gestion des résidences.

Dans une étude menée par le syndic de copropriétés Bellman, en se basant sur le Registre National des Copropriétés (RNC) et de l’Agence NAtional de l’Habitat (ANAH), il en ressort que les copropriétés en France ont une dette totale de deux milliards d’euros, ce qui représente 20% d’impayés sur le montant total des charges courantes, avec une moyenne de 7.770 euros par copropriété. Pourtant, derrière ces chiffres élevés, toutes les copropriétés ne sont pas confrontés à cette problématique de gestion. Parmi les mauvais payeurs, on retrouve des villes populaires où la part de logements sociaux est élevée et où les charges sont censées être plus maîtrisées, comme cela peut être le cas à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) avec un impayé moyen de 62.075€ par copropriété (pour un taux d’impayé de 157%), Saint-Paul (La Réunion) avec un impayé moyen de 21.815€ par copropriété (pour un taux d’impayé de 58%) ou Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) avec un impayé moyen de 15.526€ par copropriété (pour un taux d’impayé de 35%). Ainsi, 16% des copropriétés représenteraient deux-tiers des impayés en France.

Les copropriétaires dont les charges sont les moins élevées sont ceux qui rencontrent le plus de difficulté à joindre les deux bouts“, remarque Antonio Pinto, le fondateur de Bellman, dans son analyse. Au final, des charges de copropriétés impayées ou réglées avec retard peuvent causer bien des tracas aux gestionnaires, notamment pour payer leurs fournisseurs ou entreprendre des travaux dans la résidence. Depuis quelques mois, des néo-syndics ont fait leur apparition sur le marché de la gestion de copropriétés pour proposer des honoraires plus attractifs tout en revendiquant une meilleure réactivité notamment.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.