Illustration (CEA+ / Flickr).

Seattle (Etats-Unis) : comment une retraitée a refusé une vente à 1M$

Bien que l’offre était alléchante, une Américaine a refusé de vendre sa maison à un promoteur qui voulait construire un centre commercial sur son terrain. A 84 ans, elle n’avait pas envie de se compliquer la vie avec un déménagement.

L’histoire d’Edith Macefield a de nombreuses similitudes avec celle de Carl Fredricksen, le personnage principal de Là-haut (Pixar Animation Studios / Walt Disney Pictures). En 2006, un promoteur avait pour projet de construire un centre commercial, le Ballard Blocks à Seattle (Etat de Washington), mais il a rapidement été confronté à cette Américaine de 84 ans, propriétaire d’une maison en plein milieu du fameux terrain. Une première offre a alors été faite, de 750.000 dollars (682.725€), qui a été réévaluée à 1.000.000 dollars (910.300€). Mais le problème n’était pas financier : Edith Macefield n’avait tout simplement envie de se compliquer la vie par un déménagement à son âge, de laisser derrière elle des souvenirs dans cette maison qu’elle avait achetée en 1952 pour 3.750 dollars (3.413€) et où elle avait vécu avec sa mère. Elle n’était d’ailleurs pas opposée à ce centre commercial et a même fini par se lier d’amitié avec Barry Martin, le directeur de la construction de ce projet.

Beaucoup de gens pensaient qu’elle était contre le développement mais ce n’était pas du tout le cas. C’était plus un cas où elle ne voulait pas passer par l’exercice de devoir déménager“, a raconté Barry Martin, qui a hérité de la maison au décès d’Edith Macefield en 2008, à Fox Business Network ce mois-ci. Depuis, l’ancien chef de chantier a fini par revendre cette ancienne ferme datant de 1914, en s’assurant qu’elle existera toujours, pour 310.000 dollars (282.193€). Pour l’anecdote, la maison d’Edith Macefield a servi à la promotion de Là-haut : la production avait été sensible à cette histoire et s’était amusée à placer des ballons à l’occasion de la sortie du film en 2009. De même, l’histoire d’une famille australienne refusant de vendre leur maison pour favoriser la construction d’un programme immobilier n’aurait pas laissé Edith Macefield insensible…

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.